Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact

«Le flot de couleurs qui rafraîchit la prunelle des yeux et l’esprit»

Dans une interview, Pipilotti Rist explique les origines du projet associant l’art à l’architecture qu’elle a réalisé dans la partie rénovée du siège principal de Nationale Suisse à Bâle.
kab-perlenvorhang-pipilotti-rist

Pipilotti Rist, tu es submergée de demandes provenant du monde entier. Qu’est-ce qui t’a amenée à accepter ce projet?

Pipilotti Rist: C’est la collection d’art traditionnelle sérieuse et intéressante de votre entreprise qui m’a beaucoup plu. Le concept de rénovation associée à l’art et notre première rencontre très agréable m’ont également convaincue. De plus, la proximité du lieu de travail et de ma maison me permettant de dormir dans mon propre lit le soir est une perspective très agréable.

En quoi la démarche que tu suis pour un tel projet se différencie-t-elle de ton travail pour un musée?

Cette œuvre doit être séduisante pour les collaborateurs et collaboratrices pendant plus de trois mois. Dans un musée, je compte sur une concentration ponctuelle du visiteur. Dans un espace utilitaire commun, je désire engendrer un plaisir fortuit et qui se répète.

Tes œuvres sont en grande partie des vidéos. Pourquoi n’y a-t-il pas de projections dans le Steinengraben?

De grands travaux visionnés quotidiennement pourraient être une source d’ennui à la longue. Il serait évidemment possible d’éviter ce risque en proposant des projections miniatures, mais la cage d’escalier est idéale pur un projet de grande envergure.

Comment est venue l’idée de «douche colorée», comme tu l’appelles?

La fantastique baie vitrée m’a permis de jouer avec la lumière du soleil qui est pour moi le plus grand projecteur. Les «billes de cristal» colorées, symbole des pixels, sont un hommage aux résolutions qui n’ont cessé de s’améliorer ces dernières années. Cette «douche colorée» représente plutôt la sensation finale ressentie et n’est que le titre provisoire en attendant que je trouve une meilleure idée.

Quel a été pour toi le plus grand défi lié à ce projet?

La définition des images, des couleurs et des distances m’a donné, ainsi qu’au petit groupe de collaborateurs qui me soutiennent dans mon atelier, du fil à retordre. Pour ce qui est de la lumière, nous prendrons la décision sur place en accord avec l’architecte et l’éclairagiste en nous basant sur un modèle. Les questions liées à la fabrication et à la coloration des perles en plastique transparentes et facettées m’ont permis de travailler avec des entreprises fantastiques. Tout cela est pour nous un terrain inconnu.

La curatrice Stéphanie Rosenthal te décrit comme suit: «Pipilotti Rist traite les destinataires de ses œuvres comme de bons amis. Elle se sent responsable d’eux, (…), elle désire leur donner quelque chose, (...).» Qu’est-ce que tes œuvres apportent aux observateurs pour leur avenir?

Le scintillement et l’image changeront au gré des personnes montant et descendant les escaliers, des conditions météorologiques et du temps qui passe. Ce flot de couleurs ne serait pas possible sur le lieu de travail, mais dans cet espace il apportera un rafraîchissement à la prunelle des yeux et à l’esprit en passant.

(janvier 2014)

Recommander cette page