Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Forêt protectrice dans le canton d’Uri

La forêt protectrice dans la vallée de l'Albula

Dans le canton d’Uri, de nombreux villages et voies de communication accrochés aux flancs abrupts des montages vivent sous la menace de chutes de pierres, d’avalanches, de glissements de terrain ou d’inondations. La haute vallée de la Reuss, entre Erstfeld et Göschenen, compte à elle seule quelque 50 couloirs d’avalanche. La forêt uranaise est relativement petite par la taille, mais grande par son rôle protecteur. Dans le canton, environ 57% de la surface boisée totale s’est vu attribuer la fonction prioritaire «Protection contre les dangers naturels» dans le cadre du plan directeur forestier d’Uri (2006). C’est dans les vallées du canton d’Uri que furent rédigées quelques-unes des plus anciennes et des plus célèbres lettres de ban concernant les forêts protectrices, à l’image de celle d’Altdorf datant de 1387 ou celle du Gurschenwald à Andermatt, de 1397.

La fonction protectrice de la forêt dépend de son état. En effet, seule une forêt en adéquation avec le lieu, bien étagée, vivante et structurée, sera à même d’assurer la protection contre les dangers naturels qui lui incombe. Pour cela, un entretien régulier est nécessaire et revient environ 10 à 25 fois moins cher que des mesures techniques de protection comparables telles que les paravalanches ou les filets anti-chutes de pierres.

La période végétative des forêts protectrices suisses étant assez brève, leur régénération naturelle prend beaucoup de temps. La repousse est souvent très clairsemée, et il faut de plus plusieurs décennies à un arbre pour déployer son plein potentiel de protection.

L’engagement d’Helvetia en faveur de la forêt protectrice contribuera à planter 10 000 arbres dans 14 forêts protectrices sur l’ensemble du canton d’Uri. Cela renforcera le renouvellement de la végétation dans ces bois, qui pourront ainsi exercer durablement leur fonction protectrice et éviter aux générations futures le fléau des catastrophes naturelles.

Vous trouverez ici les infos détaillées sur les secteurs dans le canton d'Uri.

Avertissement de sécurité:

Les secteurs plantés par Helvetia sont décrits sur notre site Internet et visibles par le biais d'un lien sur une carte géographique. Les forêts protectrices se trouvent en règle générale sur des pentes abruptes et exposées et parfois difficilement accessibles. Il n'est dans l'intérêt ni d'Helvetia ni des autorités forestières responsables que ces forêts protectrices soient parcourues par des visiteurs. Dans votre propre intérêt, nous vous prions de vous abstenir de pénétrer personnellement dans les forêts protectrices. Votre sécurité et votre santé nous tiennent à cœur. Le numéro consécutif et les signatures sur le passeport arbre confirment uniquement qu'Helvetia a financé les plantes pour les autorités forestières responsables, et qu'elles ont été effectivement plantées. Les petits arbres fraîchement plantés ne sont pas numérotés individuellement. Si vous souhaitez parcourir une forêt protectrice et vous intéressez à l'information professionnelle correspondante, nous conseillons les chemins de forêt protectrice aménagés dans toute la Suisse, conseillés par l'Association Suisse d'Assurances.

www.foret-protection-population.ch

Nous vous remercions de votre compréhension.  

Recommander cette page