Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Conseils d’experts
Personnes privées

«Nous connaissons les astuces des escrocs»

Laisser tomber par terre son vieux mobile et signaler le dommage à l’assurance du copain: ce sont de telles combines qui permettent de se faire de l’argent rapidement. Or les escrocs à l’assurance doivent s’attendre à se faire attraper par nos spécialistes de la lutte contre la fraude.

8 février 2013, texte: Andreas Notter, Photo: iStock

Des escrocs «tamponneurs» causent des collisions intentionnelles, afin de faire valoir les dommages auprès de l’assurance.
Des escrocs «tamponneurs» causent des collisions intentionnelles, afin de faire valoir les dommages auprès de l’assurance.

Monsieur M., vous dirigez le service de lutte contre la fraude à l’assurance chez l’Helvetia. Qui tente d’escroquer son assureur? De quel type de personne s’agit-il?

Il n’y pas vraiment de profil-type, même s’il y a plus d’hommes et de personnes entre 35 et 45 ans. Ce sont ces gens qui, du fait de leur situation familiale, sont les plus enclins à l’escroquerie à l’assurance. Un licenciement ou un divorce, la gêne financière que cela entraîne, tout ça peut motiver une escroquerie à l’assurance.

Dans quel domaine constatez-vous les plus gros cas d’escroquerie?

C’est dans les domaines de l’inventaire de ménage, la responsabilité civile privée et les véhicules à moteur qu’on relève la plupart des cas de fraude. La manière de procéder est très variable; Souvent, en cas de sinistre, on fait valoir un montant qui dépasse de loin les dommages subis; ou alors, on décrit un événement de manière à faire rembourser un dommage qui n’était pas couvert par l’assurance. Dès que nous remarquons une anomalie dans la déclaration, nous examinons le cas. En cas de contradiction, nous demandons des explications au client.

On entend parler de véritables bandes organisées qui mettent en scène de faux accidents de voiture…

Malheureusement, le phénomène est devenu assez répandu. Ces bandes provoquent des accidents volontairement ou encore déclarent l’accident de deux autos déjà endommagées. Parfois, ils appellent même la police pour qu’elle confirme leur version des faits. Mais nous connaissons les astuces de ces escrocs et savons les détecter!

Existe-t-il des échanges d’information à ce sujet avec les autres assureurs?

Du fait de la législation sur la protection des données, c’est assez difficile. Mais les assureurs peuvent tout de même consulter une base de données anonyme à l’aide des numéros de châssis pour voir si des expertises ont déjà eu lieu. Si l’on constate qu’un véhicule a déjà été soumis à plusieurs expertises, c’est pour nous un indice suspect. Mais le preneur d’assurance doit avoir signé une procuration lors de sa demande ou déclaration de sinistre pour que nous puissions demander des renseignements à d’autres assureurs. Un bon nombre de cas reste ainsi non élucidé.

Comment procédez-vous une fois que vous avez conclu à une escroquerie?

Ce qui nous intéresse, c’est l’historique du client concerné en matière de dommages et d’habitudes de paiement. Son milieu social aussi est parfois intéressant. Si nos soupçons se confirment, nous invitons la personne à un entretien. Dans la moitié des cas environ, les personnes interrogées se contredisent et finissent pas avouer, et dans 30% des cas, les indices sont si concluants que nous refusons de les indemniser.

Vous êtes ancien policier, comme vos collaborateurs. Comment se passe la collaboration avec vox anciens collègues?

Ce n’est pas simple: comme nous, la police est soumise à des règles strictes concernant la protection des données, ce qui complique souvent la tâche. En général, les dossiers sont seulement consultables une fois qu’une action en justice est entamée ou lorsque l’Helvetia se porte partie civile. Mais notre expérience professionnelle nous aide dans notre travail: notre instinct nous permet de déceler les méthodes et les mensonges des coupables.

Juridiquement, une compagnie d’assurance peut-elle déclencher une enquête par elle-même?

À la base, nous exigeons toujours un rapport de police; c’est donc elle qui fait un premier constat. Si, d’après ce rapport, on peut croire à une fraude à l’assurance, la police nous en informe. Mais nous ne travaillons pas «main dans la main»; ce ne serait pas légal.

L’escroquerie à l’assurance augmente-t-elle en temps de crise?

C’est évident. La tentation de gagner de l’argent rapidement est plus grande en période de récession et hausse du chômage. D’ailleurs, nous constatons que dans ces temps de crise, même des petits dommages sont signalés qui normalement seraient peut-être payés par le budget ordinaire du ménage.

En mettant au jour les cas de fraude, nous avons un effet préventif. Si on connaît les sanctions telles que la dissolution du contrat, l’absence d’indemnisation, le remboursement, la plainte en justice, on a moins tendance à employer la ruse pour se faire de l’argent.

Nous faisons tout pour lutter contre les fraudes à l’assurance. Et nous y arrivons, pour le bien de nos clients honnêtes qui représentent heureusement l’immense majorité!

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles