Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Tirage au sort - Helvetia fête ses 160 ans

Célébrez avec nous et gagnez de superbes prix.

Participer maintenant
Conseils d’experts
Logement & propriété
Entreprises
Personnes privées

L’assurance de construction: bien couvrir les risques

Le tunnel de base du Saint-Gothard, qui sera inauguré en juin, illustre parfaitement les risques inhérents à tout projet de construction. L’occasion de présenter les facteurs très similaires qui valables pour les particuliers comme pour les PME en matière de construction et d’assurances.

26. mai 2016, texte: Cilgia Gremper / Jonas Grossniklaus, photo: AlpTransit Gotthard AG

Le tunnel de base du Saint-Gothard illustre parfaitement les risques inhérents à tout projet de construction.
Le tunnel de base du Saint-Gothard illustre parfaitement les risques inhérents à tout projet de construction.

Ce n’est pas tous les jours qu’on creuse un tunnel de 57 kilomètres de long, surtout en tant que particulier. Néanmoins, le tunnel de base du Saint-Gothard met parfaitement en évidence les aspects saillants en matière de construction et d’assurance: «Les risques qui découlent des différents types de projets de construction ont tendance à se ressembler. Les principes qui régissent l’assurance du tunnel de base du Saint-Gothard restent donc les mêmes, que l’assuré soit un particulier ou une PME», explique Christoph Guntersweiler, responsable de l’assurance technique Suisse d’Helvetia. «Le risque majeur qui se pose dès lors qu’on a un chantier, c’est que les ouvrages terminés soient endommagés ou détruits avant même leur utilisation.»

Défauts de matériel, vols et accidents de construction

Ce type de sinistre imprévisible résulte bien souvent de problèmes géologiques, d’une exécution irrégulière, de défauts de matériel ou d’évènements naturels, ou encore de vols. L’assurance travaux de construction est alors là pour parer aux retombées financières. «Il faut bien vérifier que l’assurance comporte une obligation de prestation préalable, explique M. Guntersweiler. Cela permet de garantir que les travaux se poursuivront sans interruption même en cas d’accident de construction, puisque l’assurance prend immédiatement en charge le sinistre couvert.»

L’assurance responsabilité civile du maître d’ouvrage constitue une autre assurance clé pour tout projet de construction. «Si le terrain du voisin fait l’objet d’un sinistre à cause du chantier, le maître d’ouvrage peut être tenu responsable, même si aucune faute ne lui est directement imputable. Dans ce cas de figure, l’assurance responsabilité civile du maître d’ouvrage le protège de toutes répercussions financières», précise M. Guntersweiler, expert d’Helvetia. Le maître d’ouvrage des NLFA avait lui aussi une assurance de ce type. Un barrage situé en amont et qui aurait pu être endommagé par la construction du tunnel constituait en effet un risque notable.

Une assurance modulable

Si tout chantier entraîne les mêmes types de risques, l’assurance doit être adaptée au projet en question. Le plus simple, c’est de souscrire une assurance de construction modulable, comme l’explique M. Guntersweiler: «Elle offre la possibilité de composer la solution d’assurance idéale pour son projet de construction.»

Une bonne gestion du risque pour éviter les sinistres

Dans tous les cas, l’assurance permet d’être tranquille... mais mieux vaut prévenir que guérir! Veiller à l’ordre sur le chantier permet de réduire les risques d’incendie. Durant la construction du tunnel de base du Saint-Gothard, des experts d’Helvetia ont régulièrement examiné la bonne mise en œuvre de la gestion du risque. Christoph Guntersweiler en est convaincu: «Une bonne gestion des risques aide également les petits chantiers à se prémunir des sinistres. Une couverture d’assurance complète et un bon Risk Management ne représentent jamais une garantie absolue, mais c’est déjà une bonne base pour la réussite de son projet de construction.» Et c’est ainsi que le chantier du Gothard n’a pas eu à déplorer de mauvaises surprises. La construction des NLFA a été une véritable success story, du côté du maître d’ouvrage comme d’Helvetia en tant qu’assureur.

Le nouveau tunnel du Gothard

Assurer un tunnel… mais comment?

Avec ses 57 kilomètres, le tunnel de base du Saint-Gothard est le plus long tunnel ferroviaire au monde et constitue, aux côtés du tunnel de base du Ceneri, le cœur des NLFA. Ses mensurations en font également l’un des plus grands défis de notre époque en termes d’assurance. Helvetia est l’une des deux compagnies responsables de l’assurance du site du maître d’ouvrage, AlpTransit Gotthard SA. Les contrats d’assurance des sites des NLFA couvraient les risques découlant de la construction, du montage et de la responsabilité civile, qui sont précisément les risques inhérents à tout projet de construction – si ce n’est à moindre échelle, en général.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Weitere Stories