Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Conseils d’experts
Prévoyance & santé

«La prévoyance doit gagner en flexibilité»

On peut entreposer son argent sous son matelas et attendre des jours meilleurs. Mais on peut aussi faire le choix de la prévoyance. L’expert Helvetia Kai-Peer Diener, responsable Développement des produits de prévoyance privée, s’exprime sur des questions d’actualité.

7 mars 2016, Texte: Hansjörg Ryser, photos: Sergey Nivens, fotolia

Un homme dessine un diagramme de courbure sur un mur.

Trouvez-vous encore le sommeil?

Kai-Peer Diener: Oui, oui. Pourquoi cette question?

Les taux d’intérêt sont durablement déprimés et les rendements continuent de s’effondrer. Les assurances sur la vie perdent donc de leur attrait.

Il faut distinguer la rémunération nominale de la rémunération réelle. Après correction du renchérissemnt, le niveau réel des taux d’intérêt reste au moins positif.

Nous n’avons donc aucune raison de nous inquiéter?

Du point de vue économique, la situation est loin d’être simple, cela ne fait aucun doute. Il existe tout de même un besoin de prévoyance. Cela ne sert à rien de cacher son argent sous son matelas. Nous avons réagi à cette situation en lançant des produits modernes, le plan de garantie par exemple. Grâce à eux, nos clients bénéficient à la fois d’opportunités de rendement intéressantes sur le marché des capitaux et de garanties. Les clients d’Helvetia peuvent donc dormir sur leurs deux oreilles.

Mais si, pour une prime de 100 francs, le remboursement garanti après dix ans ne dépasse pas 93 francs, je préfère garder mon argent sous mon matelas.

Les assurances sur la vie mixtes ont encore un avantage imbattable sur d’autres véhicules de placement. Elles réunissent dans une solution une couverture financière contre l’incapacité de gain ou le décès et un processus d’épargne avec garanties de capital et un éventuel excédent de rendement.

Pourquoi un produit lié à des participations? Une assurance sur la vie conventionnelle ne suffit-elle pas?

Peut-être. Mais les produits traditionnels ne vous permettent pas de participer directement à l’évolution de la situation sur le marché, par exemple en cas de hausse des taux d’intérêt.

Mais la garantie offerte par les solutions liées à des participations est donnée non plus par l’assureur, mais par une banque. Dans ce cas, je peux aller directement à la banque.

Une assurance répond au besoin de sécurité de nos clients comme aucun autre placement. Seule l’assurance peut combiner épargne et protection contre le risque.
Qui poursuit par exemple le processus d’épargne d’une solution purement bancaire si vous devenez invalide? De plus, aucune banque ne propose des garanties de 30 à 40 ans aux particuliers. Enfin, si vous incluez les droits de garde et les frais de transaction ou de gestion de patrimoine d’une solution bancaire dans vos calculs, vous vous apercevez que les solutions d’assurance sont aussi tout à fait compétitives en termes de coûts.

Les prévisions de rendement sont certainement un autre grand critère de décision. De nombreux clients de solutions liées à des fonds ont été amèrement déçus. Les produits modernes liés à des participations ne comportent-ils pas le même risque?

Les clients qui souscrivent une assurance sur la vie liée à des fonds sont exposés aux fluctuations des marchés financiers, ce qui peut s’avérer problématique à l’échéance du produit. Les produits modernes liés à des participations avec garantie à l’échéance proposés par Helvetia minimisent ce problème. Mais j’ai la conviction que les assurances sur la vie avec parts de fonds sans garantie sont un excellent produit de prévoyance pour les clients qui disposent d’un long horizon de placement. La flexibilité de ces produits permet de réduire les fluctuations à la fin de la durée, en y intégrant par exemple des fonds plus conservateurs.

Mais ils ne règlent toujours pas le problème des fausses attentes suscitées par les prévisions de rendement.

Nous ne fournissons pas de prévisions, mais plutôt des exemples de calcul. Ceux-ci illustrent l’évolution de la valeur de ces assurances sur la vie dans certaines conditions. Nous sommes l’une des premières compagnies à avoir fait certifier ces calculs par l’Institut d’économie des assurances de l’Université de Saint-Gall. Cette méthode fondée sur les bonnes pratiques nous a permis d’améliorer considérablement la pertinence et la comparabilité des exemples de calcul.

Qu’est-ce qui nous attend à l’avenir? Comment les produits d’assurance sur la vie d’Helvetia vont-ils évoluer?

Les produits d’assurance sur la vie gagneront encore en modularité et en flexibilité à l’avenir. Nous combinons divers modules de placement et instruments de protection pour concevoir des solutions parfaitement adaptées aux besoins personnels des clients. Nos produits seront aussi disponibles à tout moment car les clients les administrerons et les accompagnerons eux-mêmes avec des applications. Ils pourront aussi y apporter des modifications à n’importe quel moment quand leur situation personnelle changera.

Cela s’apparente à de la magie. Êtes-vous sorcier?

(rires) Pas du tout…

… mais plutôt?

Hormis la technologie, le défi consiste à présenter ces produits simplement et à convaincre nos clients que leur qualité est celle qu’ils sont en droit d’attendre d’Helvetia. Nous devons être convaincus que le niveau de sécurité et de performance d’une BMW sont à la hauteur des promesses du vendeur sans avoir à examiner en détail le moteur et la construction du véhicule.

Vous êtes aussi pilote. Les clients deviennent-ils des pilotes, pour employer le vocabulaire aéronautique?

Ils ont en tout cas plus de libertés que les passagers d’un gros-porteur. Ils peuvent personnaliser davantage leur voyage et éviter les grands itinéraires et les grosses plaques tournantes.  

Kai-Peer Diener

Kai-Peer Diener

Kai-Peer Diener (44 ans) est responsable Développement des produits et marketing Prévoyance privée chez Helvetia. Il est titulaire d’une licence de pilote professionnel mono et bimoteur et il prend régulièrement les commandes d’avions de tourisme pendant son temps libre, entre autres lorsqu’il rend visite à sa famille dans le nord de l’Allemagne avec son épouse et ses deux enfants. Kai-Peer Diener est physicien et actuaire de formation. Il a intégré le domaine de marché Prévoyance privée d’Helvetia en 2005.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles