Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Conseils d’experts
Véhicules & voyage
Prévoyance & santé

Existe-t-il une assurance contre le terrorisme?

Les attaques terroristes peuvent causer de grandes souffrances mais aussi des dégâts matériels. Il n’y a donc rien de moins surprenant qu’on s’assure pour s’en protéger. Mais pour les particuliers ou les petits entrepreneurs, aucune assurance supplémentaire n’est nécessaire généralement.

16 février 2015, texte: Fabian Weidmann, foto: iStock

Deux policiers

Les attentats à Paris et Copenhague en début d'année 2015 ont bouleversé l’Europe et le monde occidental. L’événement nous a fait prendre conscience une nouvelle fois combien notre société pouvait être vulnérable. Depuis, les experts et les médias parlent de «risque terroriste aggravé» pour tous les États européens. Quelle est la réponse des assurances en cas d’attentats terroristes? Mon habitation à usage propre ou les locaux de mon entreprise sont-ils assurés contre les conséquences d’attentats terroristes?

Avant toute chose: en tant que petite entreprise ou particulier, vous n’avez aucune inquiétude à avoir - les assureurs privés suisses prennent en charge le risque d’attentats terroristes pour la clientèle privée et entreprises. Les éventuels coûts consécutifs à un sinistre au niveau du bâtiment et de l’installation sont couverts par l’assurance bâtiment et des biens mobiliers. Si, en revanche, la somme d’assurance individuelle d’un ouvrage ou des biens meubles est supérieure au seuil de dix millions (en francs suisses), une assurance supplémentaire est nécessaire. Dans les établissements cantonaux d’assurance cependant, la situation se présente différemment. Il sera judicieux dans ce cas d’examiner avec soin les conditions du contrat.

«Le 11 septembre», un événement charnière

Les attentats du 11 septembre 2001 avaient déjà incité l’Association Suisse d’Assurances (ASA) à créer un groupe de travail qui a analysé les conséquences du risque terroriste pour le marché suisse de l’assurance. Ces efforts ont permis d’inventer une solution d’assurance étendue à plusieurs associations et proposée par différentes entreprises depuis 2003. Les infrastructures comme les aéroports, les grandes gares, les bâtiments diplomatiques (ONU, OMC, ambassades), les stades sportifs, les barrages, les remontées mécaniques, les tunnels ou les ponts peuvent bénéficier d’une couverture spécifique contre les attentats terroristes. En raison de leur taille ou de leur importance, elles sont fortement exposées.

Mais en Suisse, la demande de ce type d’assurances est limitée. «En Suisse, il n’existe pas beaucoup d’infrastructures qui sont exposées à un risque terroriste aggravé» indique Michael Aebisegger, responsable assurances choses de l’Helvetia. C’est tout du moins ce qu’estime le marché précise M. Aebisegger, la demande concernant des polices antiterrorisme n’étant ici pas aussi importante qu’en Allemagne par exemple.

Un thème émotionnel

Pour Michael Aebisegger, «les terroristes souhaitent surtout attirer l’attention et visent malheureusement des lieux de rassemblement, des infrastructures sensibles ou des immeubles avec une aura particulière» Jusqu’à présent, les bâtiments et les biens meubles n’ont pas été beaucoup détruits lors des attentats – sauf «le 11 septembre».

Toutefois, émotionnellement parlant, il conçoit l’existence d’un marché de l’assurance spécialisée dans le terrorisme. «Juste après des attentats, dans une grande partie de la population, la sensibilité est très vive à ce sujet.»

Après une vague de consternation, le quotidien reprend le dessus et l’émoi retombe. En Suisse, la demande en produits d’assurance antiterrorisme est tout simplement trop faible. M. Aebisegger pense que «Le marché n’est pas en demande d’une solution spécifique mais souhaite que les sinistres éventuels soient intégrés à la couverture proposée par les produits d’assurance courants».

Michael Aebisegger

Michael Aebisegger

Michael Aebisegger est responsable assurances choses de l’Helvetia et c’est donc lui qui est responsable des produits assurances choses de la clientèle entreprises. Helvetia propose dans ses produits des solutions d’assurance individuelles pour le terrorisme à l’attention des entreprises et des particuliers.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles