Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Questions des lecteurs
Logement & propriété
Personnes privées
Prévoyance & santé

Amortissement de l’hypothèque: direct ou indirect?

Une femme au bureau est calcules quelque chose.
Même avec des intérêts faibles, pour un montant de 100’000 francs sur une durée de 20 ans un avantage de plus de 22’000 francs peut se dégager.
Dans une discussion entre propriétaires, le mot clé «amortissement indirect» n’a pas tardé à être lâché. Je n’en avais jamais entendu parler. Un ami m’a pourtant assuré que cela pouvait être intéressant. Qu’en pensez-vous?
Question posée par Kurt W., Bâle 27.02.2014

Stéphane Meusy
Stéphane Meusy, Responsable du service Hypothèques, Helvetia Assurances
Bâle 28.02.2014

Monsieur W.

Les heureux propriétaires d’un logement ou d’une maison individuelle sont supposés rembourser chaque année un certain montant de la dette hypothécaire. Ce remboursement de la dette est appelé amortissement. Environ 1 pour cent du montant de l’hypothèque devrait chaque année être affecté à l’amortissement.

On distingue deux types d’amortissement: le remboursement direct d’une part, qui entraîne une réduction de la dette hypothécaire, et l’amortissement indirect d’autre part. Dans ce type de remboursement de la dette, un montant est épargné sur une période donnée. À la fin du processus d’épargne, la dette hypothécaire est alors remboursée en une fois avec la totalité de la somme.

L’amortissement direct procure des avantages

L’amortissement indirect intervient en général par le biais du pilier 3a. Il s’agit de la prévoyance liée, dans laquelle la somme épargnée peut au plus tôt être touchée à partir de l’âge de 60 ans, et de façon anticipée à certaines conditions uniquement. Les contributions d’épargne annuelles sont déductibles du revenu imposable. Cette contribution d’épargne est toutefois plafonnée. Cette année, elle ne peut dépasser 6768 francs pour les actifs avec caisse de pension. L’avoir 3a peut par exemple être constitué par le biais d’un produit de prévoyance d’Helvetia. À côté de la sécurité financière, une protection optimale contre le risque de décès ou d’incapacité de gain est ainsi garantie. Les produits modernes d’Helvetia se caractérisent en outre par une grande adaptabilité aux circonstances de la vie et aux besoins des clients.

Par rapport à l’amortissement direct, l’avantage de celui indirect réside dans le fait que la dette et les intérêts hypothécaires peuvent être déduits de la fortune imposable ou du revenu imposable sur toute la durée du processus d’épargne. À cela viennent s’ajouter les avantages fiscaux du pilier 3a. Néanmoins, cette variante n’en vaut la peine que quand le rendement de la solution 3a et les économies d’impôts sont dans l’ensemble supérieurs à la charge d’intérêt de l’hypothèque. Les experts d’Helvetia ont ainsi calculé le montant des économies réalisées avec l’amortissement indirect par rapport à l’amortissement direct. Le calcul ci-après montre que pour un montant de 100’000 francs, même avec les taux actuellement bas, on obtient sur une durée de 20 ans un avantage de plus de 22’000 francs.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles