Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Tirage au sort - Helvetia fête ses 160 ans

Célébrez avec nous et gagnez de superbes prix.

Participer maintenant
Questions des lecteurs
Personnes privées
Prévoyance & santé
Logement & propriété

Propriété: une hypothèque avec une rente de vieillesse?

Un couple âgé sur un banc.
En planifiant le financement de son hypothèque à long terme, il est possible d’acquérir un logement en propriété même avec une rente vieillesse jusqu’à un âge avancé.
J’ai 50 ans, ma femme en a 48. Nous aimerions acheter un appartement en propriété. À quoi devons-nous veiller pour pouvoir financer l’appartement jusqu’à un âge avancé?
Question posée par Hannes W., Soleure 07.06.2017

Stéphane Meusy
Stéphane Meusy, Responsable du service Hypothèques, Helvetia Assurances
13.06.2017

Cher Monsieur W.,

Les rentes de l’AVS et de la caisse de pension constituent généralement au maximum 60% du revenu pouvant être assuré via le régime obligatoire LPP. Pour pouvoir conserver leur mode de vie, les retraités ont toutefois besoin, par expérience, de 80% de leur revenu actuel. Vous devez combler cette lacune avec le 3e pilier. En achetant un bien immobilier, vous immobilisez toutefois précisément les fonds plus tard nécessaires à vos besoins quotidiens.

Si vous effectuez un retrait anticipé d’avoirs en caisse de pension pour l’achat de votre bien immobilier, vous devez avoir à l’esprit que cela impliquera une réduction du montant de votre future rente de vieillesse. Si vous optez pour ce type de financement, nous vous recommandons de combler la lacune de prévoyance qui en résulte le plus rapidement possible par le biais de versements.

L’important est que votre assurance ou votre banque considère votre hypothèque comme acceptable même après votre départ à la retraite: les intérêts hypothécaires et les frais d’entretien ne doivent pas dépasser un tiers du revenu de la rente. Et ce également lorsque l’intérêt hypothécaire viendrait à atteindre 5%. Si vous n’avez plus cette capacité financière nécessaire après votre départ à la retraite, vous risquez de voir votre hypothèque résiliée et d’être contraint de vendre.

Avant de vous mettre en quête d’un appartement en propriété, vous devez savoir quel est le budget maximum possible pour que vous puissiez y habiter dans votre troisième phase de vie. Pour l’estimation à long terme de vos possibilités financières, recourez au savoir-faire d’un conseiller en prévoyance. Ce dernier calculera pour vous le montant maximum de l’hypothèque que vous devrez avoir remboursé jusqu’à votre cessation d’activité et il vous expliquera comment procéder le plus efficacement possible: par exemple par le biais d’un amortissement indirect avec le 3e pilier fiscalement avantageux ou avec des fonds supplémentaires issus de la prévoyance libre. Par ailleurs, un conseiller en prévoyance peut également évaluer si vous avez besoin pour votre hypothèque d’une couverture d’assurance complémentaire en cas de décès ou de perte de gain pour vous ou votre partenaire.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles