Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Questions des lecteurs
Véhicules & voyage
Personnes privées

Les frontaliers peuvent-ils approvisionner un 3e pilier?

Un poste frontière
Les travailleurs frontaliers domiciliés à l’étranger peuvent-ils encore approvisionner un 3e pilier? Conseils de Reto Kleiner, expert Helvetia.
Je réside et travaille à Genève. Je verse de l’argent dans un 3e pilier. Or, j’envisage de déménager. Puis-je conserver mon 3e pilier si je pars vivre à l’étranger mais continue de travailler en Suisse?
Question posée par Louis B. 17.02.2017

Reto Kleiner
Reto Kleiner, Responsable Key Account Management, Helvetia Assurances
Bâle 27.02.2017

Monsieur B.,

Pour approvisionner un pilier 3a, donc bénéficier de la déduction de l’impôt, il faut percevoir un revenu soumis à l’AVS. Ce n’est généralement pas le cas des personnes qui quittent le pays. Elles ne peuvent donc plus verser d’argent dans un pilier 3a, qu’il s’agisse d’une solution d’assurance ou d’un modèle bancaire. Dans ce cas, il convient de demander conseil à un expert en prévoyance et d’examiner les éventuelles options disponibles.

Dans le cas d’un «frontalier» qui travaille en Suisse, il faut déterminer précisément si les versements sont encore autorisés. Le canton de Genève, par exemple, a signé avec la France un accord qui autorise les déductions 3a pour les travailleurs frontaliers. Mais cet accord est en quelque sorte l’exception qui confirme la règle. En raison des complications fiscales et réglementaires, de nombreux assureurs ne concluent plus de nouvelles affaires avec des personnes domiciliées à l’étranger. En revanche, les personnes qui disposent encore d’un contrat actif et deviennent des «travailleurs frontaliers» peuvent conserver sans problème leur contrat chez Helvetia, qu’elles vivent en Allemagne, en Autriche ou en France.

Compte tenu de la complexité de la question, je vous recommande de vous faire conseiller par un spécialiste expérimenté qui analysera précisément votre situation.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles