Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Questions des lecteurs
Personnes privées
Prévoyance & santé

Rachat dans la caisse de pension

Les points à respecter par les actifs à l'âge de la retraite lors d'un rachat dans la caisse de pension, par Reto Kleiner, expert en prévoyance Helvetia.
Les points à respecter par les actifs à l'âge de la retraite lors d'un rachat dans la caisse de pension, par Reto Kleiner, expert en prévoyance Helvetia.
J’ai 65 ans, je vais sûrement travailler jusqu’à 70 ans. Si je continue à verser des bonifications de vieillesse, puis-je effectuer des rachats dans la caisse de pension? Par ailleurs, un collègue m’a parlé d’une «LPP surobligatoire». De quoi s’agit-il? Mes rachats seront-ils comptabilisés dans la prévoyance obligatoire ou surobligatoire?
Question posée par Hans P., Balterswil 03.05.2017

Reto Kleiner
Reto Kleiner, Responsable Key Account Management, Helvetia Assurances
Bâle 16.05.2017

Cher Monsieur,

C’est votre caisse de pension qui décide si vous êtes encore assuré après 65 ans (ou si vous pouvez verser des bonifications de vieillesse). Si votre institution de prévoyance admet un maintien de l’assurance et qu’il existe des lacunes, vous pouvez en principe effectuer des rachats, déductibles des impôts. Afin de bénéficier de la déduction fiscale, vous devez verser le montant à votre institution de prévoyance avant le 30 décembre.

Si, après 65 ans, vous effectuez encore des rachats dans la caisse de pension, il faut savoir que votre potentiel de rachats à 65 ans (l’âge normal de la retraite) est «gelé». Le potentiel de rachat est réduit des bonifications de vieillesse versées entretemps, en cas de rachat ultérieur. Exemple: à 65 ans, votre potentiel de rachat s’élevait à 100’000 francs. À 67 ans, vous souhaitez effectuer un rachat dans votre caisse de pension. Entre 65 et 67 ans, vos bonifications de vieillesse se sont élevées à 10’000 francs. Dans ce cas de figure, vous pouvez racheter au maximum 90’000 francs. À noter qu’après un premier départ à la retraite partielle, il n’est plus possible d’effectuer des rachats volontaires déductibles de l’impôt.

Au moment du départ à la retraite – 70 ans dans votre cas – les «taux de conversion» transforment l’avoir de vieillesse accumulé (y compris les rachats) en une rente de vieillesse annuelle. Comme l’avoir de vieillesse doit suffire pour une période longue, les rentes mensuelles (ou annuelles) deviennent de plus en plus petites avec le temps. En effectuant des rachats dans la caisse de pension, vous pouvez augmenter considérablement votre avoir de vieillesse.

Ce qui nous amène à votre deuxième question: la caisse de pension distingue régime obligatoire et régime surobligatoire. On parle de versements surobligatoires lorsque les prestations dépassent les exigences minimales (en 2017, la limite supérieure correspondait à un revenu de 84’600 francs). Quant à savoir si les rachats vont au régime obligatoire ou au surobligatoire, cela dépend de la caisse de pension et varie au cas par cas. Nous vous invitons à consulter le règlement de votre caisse de pension, qui vous renseignera sur les conditions cadres et les possibilités. La plupart des institutions comptabilisent toutefois les versements dans le régime surobligatoire.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles