Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Communiqués aux média
Informations financières
Suisse

Helvetia reste un partenaire fiable pour la prévoyance professionnelle

En 2016, Helvetia Assurances a connu une évolution solide dans le segment de la prévoyance professionnelle. La demande des petites et moyennes entreprises pour des solutions d’assurance complète demeure élevée. La réforme Prévoyance vieillesse 2020 est donc d’autant plus cruciale et Helvetia entend conserver à l’avenir également sa position de partenaire fiable du deuxième pilier.
16.05.2017
donald_desax.jpg
Au cours de l’exercice écoulé, les recettes de primes ont atteint un volume de CHF2661millions, réalisant ainsi une progression de CHF114millions (+4,5%) par rapport à l’année précédente. Alors que les primes périodiques sont restées stables à CHF1215millions, les primes uniques ont augmenté de 8,3% pour s’inscrire à CHF1446millions. Cette évolution est essentiellement imputable à un transfert comptable de dépôts d’excédents dans les avoirs de vieillesse.

Le nombre de contrats collectifs a légèrement fléchi de 17826 à 17809, alors que l’effectif des assurés est passé de 219155 à 222376. Malgré le recul des contrats collectifs, la demande des entreprises, particulièrement pour les contrats d’assurance complète, est demeurée résolument élevée. Pour autant, au vu du maintien en place de conditions cadres peu amènes avec des taux de conversion excessifs et un taux minimal élevé dans le domaine obligatoire de la prévoyance professionnelle, Helvetia se tient à une politique de souscription délibérément prudente avec les nouveaux clients du segment de l’assurance complète. Il s’agit d’éviter, au sein des clients existants, une redistribution encore plus défavorable aux assurés actifs.

Pour les PME, une assurance complète reste indispensable
On note un intérêt croissant pour les solutions partiellement autonomes telles que celles proposées en lien avec Helvetia LPP Invest Fondation collective ou avec les solutions pour cadres. De même, les fondations collectives de Swisscanto, aux quelles Helvetia fournit les prestations de réassurance et direction, profitent d’une demande robuste. «Ces solutions, plus flexibles, rencontrent un succès grandissant», remarque Donald Desax, responsable Prévoyance Professionnelle Suisse et membre de la direction du groupe Helvetia.

Les assurances complètes, qui – à la différence des solutions partiellement autonomes – garantissent en tout temps une couverture intégrale de l’avoir de vieillesse demeurent néanmoins indispensables pour un grand nombre de PME et continuent de représenter la très grande majorité des affaires conclues par Helvetia dans le domaine de la prévoyance professionnelle. Avec ces solutions complètes, les entreprises bénéficient d’un degré élevé de sécurité dans le deuxième pilier. De plus, leurs charges administratives et les contraintes réglementaires s’en trouvent allégées.

Oui à la réforme Prévoyance vieillesse 2020 malgré des inconvénients sévères
«Helvetia mettra tout en œuvre pour maintenir à l’avenir l'attrait de l’assurance complète avec ses garanties», affirme Donald Desax. Helvetia approuve donc le projet de réforme Prévoyance vieillesse 2020. Une telle réforme est indispensable et urgente pour éviter une nouvelle aggravation des déséquilibres présents au sein du deuxième pilier. L’harmonisation de l’âge de la retraite pour les hommes et les femmes de même que la réduction du taux de conversion de 6,8 à 6% constituent deux étapes clés dans la bonne direction.

Ces mesures ne suffiront néanmoins pas à éliminer les déséquilibres du deuxième pilier. De plus, la réforme s'accompagne d’exigences qui réduisent davantage encore la marge de manœuvre des prestataires d’assurances complètes. Les limites introduites au niveau des primes de risque et les obligations imposées à la répartition des excédents mettront à mal la flexibilité d’offrir aux clients des solutions idéalement adaptées à leurs besoins de prévoyance professionnelle.

De substantiels subventionnements croisés subsistent
Avec une espérance de vie en constante augmentation et des rendements d’investissement obstinément bas, un taux de conversion de 6% ne suffira pas non plus à convertir l’avoir de vieillesse d’un nouveau retraité en une rente de vieillesse jusqu’à la fin de sa vie. Le montant manquant continue de devoir être financé aux dépens des assurés actifs. «Avec un taux de conversion de 6% et un rendement des placements de capitaux attendu de 2%, le subventionnement croisé nécessaire à la retraite d’un homme de 65 ans se monte encore à 19% de son capital converti en rente», selon les calculs de Beat Müller, responsable Actuariat et membre de la direction du groupe Helvetia. Un avoir de vieillesse de CHF500000 doit être augmenté de presque CHF100000 afin de permettre le financement de la rente.

Une autre évaluation d’Helvetia montre que sans de tels subventionnements croisés, les primes de risque des assurés actifs auraient pu être abaissées de 80% au cours de l’année écoulée. Une part substantielle des primes de risque est utilisée dans l'assurance complète afin de garantir les prestations de vieillesse. En 2016, les réserves correspondantes d’Helvetia ont ainsi été étoffées de CHF147millions, dont CHF142,7 dans les affaires soumises à la quote-part minimum.

Quote-part de distribution de 90%
Avec les autres prestations en faveur des assurés, 90,8% des recettes brutes ont été redistribuées aux assurés dans les affaires soumises à la quote-part minimum. La quote-part de distribution s’est élevée à 91,8% dans les affaires non soumises à la quote-part minimum. Selon le compte d’exploitation 2016 qu’Helvetia vient de publier, le résultat d’exploitation a atteint CHF70,9millions, un niveau quasiment identique à celui de l’exercice précédent.

Le solide résultat d’exploitation 2016 permet une rémunération garantie de 1,25% pour les avoirs de vieillesse obligatoires ainsi qu’une rémunération de 1% pour les avoirs du domaine surobligatoire. En outre, un excédent de risque correspondant à 5% des primes de risque peut être distribué.

Les charges d’exploitation des assurés actifs sont demeurées largement stables à CHF428 par personne. De même, les coûts de gestion de la fortune ont pu être maintenus à un faible niveau (0,29%). La performance a gagné 54 points par rapport à 2015, s’établissant à 2,29%. Quant au rendement direct essentiel aux affaires, il est resté quasi identique et s’est inscrit à 2,25%.

En complément aux présentes informations, une fiche technique est mise à votre disposition.


Images:
Image I: Donald Desax, responsable Prévoyance Professionnelle Suisse et membre de la direction du groupe Helvetia
Image II: Beat Müller, responsable Actuariat et membre de la direction du groupe Helvetia


Le communiqué de presse est disponible sur le site www.helvetia.ch/media.
Le compte d'exploitation prévoyance professionnelle 2016 d'Helvetia Suisse est disponible sur le site www.helvetia.ch/chiffres-faits-lpp.

Informations de contact
Helvetia Suisse
Hansjörg Ryser
Responsable Media Relations Suisse
St. Alban-Anlage 26
4002 Bâle
Téléphone: +41 58 280 50 33
Mobile: +41 79 318 21 38
media.relations@helvetia.ch
www.helvetia.ch
Downloads & Links
Recommander cette page