Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Engagement
Entreprises

De l'énergie hydro électrique pour une bonne cause

La congrégation religieuse des African Benedictine Sisters exploite une petite centrale hydraulique en Tanzanie. Le bâtiment assuré par Helvetia alimente en électricité chaque jour, sans discontinuité, une zone qui compte près de 400 000 habitants.

22 août 2017, texte: Jan Söntgerath, photos: mad

Au fond, le barrage de la centrale hydroélectrique, au deuxième plan des autochtones sur un plan de terre, des tâches d'herbe et un ruisseau s'écoulant du barrage.
La centrale hydroélectrique assurée par Helvetia approvisionne chaque jour sans faute jusqu’à 400 000 habitants en électricité.

Les 370 religieuses habitent à Chipole, dans le sud-ouest de la Tanzanie, dans des conditions modestes et selon le principe de l’autosuffisance. Elles apportent leur contribution au développement du pays. Leur ordre s’occupe d’écoles, de services sanitaires, d’exploitations agricoles et d’un orphelinat dans tout le pays; il jouit d’une grande notoriété. Mais ce n’est pas tout: les religieuses disposent d’une certaine expérience dans l’exploitation et l’entretien d’une centrale hydraulique. Depuis une douzaine d’années, elles exploitent une installation de ce type pour leur consommation. C’est ainsi que s’est fait le contact avec la fondation Albert Koch qui a soutenu le projet de centrale hydraulique. «Les sœurs assument bon nombre de missions sociales que l’État ne réalise pas, alors qu’il en est aussi responsable.» C’est en ces termes qu’Albert Koch explique sa motivation pour participer à la construction de la centrale hydraulique avec sa fondation.

De l’énergie hydraulique plutôt que des générateurs diesel

Les deux turbines de la nouvelle centrale produisent une puissance de 2.5 mégawatt chacune, et bientôt 7.5. Un total de 7 500 foyers sont ainsi couverts – une performance impressionnante pour un pays où seuls 15 pour cent des foyers sont raccordés au réseau électrique. Auparavant, toute la région obtenait de l’électricité grâce à des générateurs diesel. Il fallait transporter le carburant sur plus de 1 000 kilomètres en camion-citerne. Désormais, ces générateurs polluants peuvent être en grande partie arrêtés. «Après remboursement des capitaux empruntés, la propriété de la centrale électrique passera de la fondation au couvent. Les profits générés par cette énergie verte reviendront intégralement aux sœurs de Sainte Agnès et leur permettront de financer leurs activités caritatives», se réjouit Albert Koch.

Ouvrier et sœur devant une turbine sur laquelle travaille un soudeur.
Les deux turbines de la nouvelle centrale ont chacune une puissance de 2,5 mégawatts, qui sera bientôt portée à 7,5 mégawatts.

«Sister Act»

Certaines religieuses ont activement contribué à la construction de la centrale hydraulique. L’une d’elles est même experte en explosifs de formation. Elle s’occupe par exemple de tous les travaux d’excavation, de préparation du gravier et d’aménagement des environs. Quelques sœurs vont suivre une formation supplémentaire auprès du fournisseur de l’équipement technique pour assurer l’exploitation de façon autonome par la suite. Seules les tâches très spécialisées, comme la révision des turbines, seront réalisées par des tiers.

Petite centrale, grands effets

Grâce à cette centrale électrique, jusqu’à 400 000 personnes de la région bénéficient d’un approvisionnement continu en électricité. Même si la somme d’assurance était modeste, comparée à d’autres, l’idée de ce projet a immédiatement enthousiasmé les responsables de Engineering Large and Special Risks. Helvetia a élaboré l’assurance construction et l’assurance de maître d’ouvrage, ainsi que l’assurance transport. Après le démarrage de la centrale hydraulique, Helvetia assurera à 50 pour cent l’exploitation et les pertes d’exploitation – pour la bonne cause.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres histoires