Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Engagement
Vidéos

Schröder peu convaincu par la coalition «Jamaïque»

Avec l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, l'émission TheTalk@TheStudio accueille, une fois de plus, un invité de haut vol. Précis et sans détours, il s'exprime sur l'Europe, sur ses mandats controversés dans l'énergie et sur la Suisse.

31 octobre 2017, texte: Hansjörg Ryser, photos: Thomas Lüthi, vidéo: Ringier

À 73 ans, il est toujours passionné – par la politique, par ses engagements dans le secteur privé, et dans sa vie personnelle. L'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a immédiatement captivé l'auditoire de l'émission TheTalk@TheStudio. Avec ses analyses pointues ponctuées de traits d'humour, il a offert aux invités de Ringier et Helvetia un point de vue sans concession sur la politique en Allemagne, les relations entre l'Europe et la Russie ou encore le succès de Hannover 96, le club de football qu'il préside, aux victoires inattendues. «S'il a autant de succès, c'est que j'ai menacé les joueurs d'entrer moi-même sur le terrain s'ils ne se donnaient pas à fond», a-t-il plaisanté face à l'animatrice Christine Maier.

Plus d'assistance sur place

Quant à ses engagements dans le cadre du projet de gazoducs Nord Stream et son mandat à la tête du groupe pétrolier russe Rosneft, il est sans remords: ces rôles, il les assume, en fin de compte, dans l'intérêt de la stabilité de l'approvisionnement de l'Europe – et cela inclut la Suisse, a souligné cet ex-dirigeant du parti social-démocrate allemand. L'Europe doit prendre garde à ne pas s'aliéner davantage la Russie, qui pourrait alors se tourner vers la Chine. L'UE est assaillie par trop de problèmes pour se permettre de creuser un rift sur son flanc oriental. En matière de sécurité notamment, il faudrait envoyer bien plus de moyens sur place pour freiner les flux de migrants; et cela n'ira pas sans la coopération de puissances comme la Russie, la Chine et la Turquie.

De nouvelles élections en Allemagne dès 2018

En Allemagne aussi, il faudra encore des investissements considérables pour former et intégrer les migrants et réfugiés déjà dans le pays, sans pour autant négliger davantage les infrastructures actuelles, qui peinent à former la jeunesse allemande. Le prédécesseur d'Angela Merkel doute que le nouveau gouvernement y parvienne: «La toute fraîche coalition entre la CDU/CSU, les Verts et le FDP pourrait imploser dans quelques mois déjà», prévient-il.

Pression économique des États-Unis

Pour l'instant, la Suisse n'est pas encore trop affectée par ce qui se passe autour d'elle en Europe. Ce sont plutôt les Américains, qui ne promeuvent que leurs propres intérêts à travers leur politique fiscale et énergétique, qui la mettent sous pression. Et là, même notre tradition démocratique ancestrale ne pourra empêcher que la Suisse soit contrainte d'adopter les règles et dispositions de l'UE sans qu'on lui demande son avis.

Les développements en Europe affectent Helvetia

C'est aussi l'avis de Philipp Gmür, CEO d'Helvetia. D'un côté, Helvetia est affectée par les événements dans les marchés de l'UE où elle est présente; d'autre part, la réglementation européenne finira par être transposée en Suisse même.

TheTalk@TheStudio

TheTalk@TheStudio

L'émission TheTalk@TheStudio accueille, une fois de plus, un invité de haut vol: l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder. À l’invitation de Marc Walder, CEO de Ringier et de Philipp Gmür, CEO d’Helvetia, près de 70 spectateurs assistent en direct, à la Maison de la presse Ringier, à un entretien avec un invité de marque venu de la sphère politique ou économique, animé par Christine Maier.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles