Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    ?
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact






Groupe et innovation
Personnes privées
Corporate Responsibility
Engagement

«Tief verwurzelt – Weit verzweigt»: balade artistique dans la forêt

L’exposition qui se tient actuellement au Foyer d’art Helvetia invite à une balade artistique: «Tief verwurzelt – Weit verzweigt» (Enracinement profond, ramifications multiples) rassemble les œuvres de divers artistes en relation avec le thème de la forêt. Ce sujet varié est mis en scène de bien des façons.

9 novembre 2018, texte: Mirjam Arnold, photos: Viktor Kolibàl

«Tief verwurzelt – Weit verzweigt» (Enracinement profond, ramifications multiples) est la cinquième exposition collective au Foyer d’art Helvetia. La combinaison d’œuvres très variées ouvre le dialogue sur un thème que nous connaissons tous très bien: la forêt.

Enracinement profond

Le terme «forêt» suscite les associations les plus diverses, du lieu de retrait paisible à l’obscurité angoissante. Des souvenirs laissent également une empreinte sur notre attitude face à cet espace de vie mystérieux. La forêt est profondément ancrée en nous. L’œuvre d’Alain Hucks «Twin Roots II» illustre parfaitement bien l’expression «Enracinement profond». Sur un dessin au fusain, les racines de deux arbres s’enchevêtrent de manière si profonde qu’on ne parvient plus à les différencier. Ce lacis est visible uniquement parce que les racines sont dégagées. C’est le seul moyen de se rendre compte de la puissance du méli-mélo des racines, suffisamment solide pour soutenir des arbres hauts de plusieurs mètres. En même temps, le dégagement des racines révèle clairement leur côté vulnérable. 

Le cerf – roi de la forêt

Julian Charrière et Julius von Bismarck s’intéressent au roi de la forêt, le cerf. Les photographies évoquent le reflet d’un paysage dans la rétine d’un cerf vivant. L’appareil photographique a été fixé au bois d’un animal de la région de Tchernobyl, et dirigé vers son œil. L’exposition comprend trois œuvres qui dévoilent diverses perspectives de la région dont l’accès est interdit à l’homme. Les animaux sont retournés dans cette zone interdite. Au lieu de tout simplement pénétrer dans la zone, l’artiste s’en approche en incarnant la perspective du cerf. 

Ramifications multiples

Le thème de la forêt donne lieu à de vastes perspectives et interprétations. La photographie de Claudio Moser transparaît, ressortant de l’immense diversité de perspectives et de sujets. Sa photographie présente une vue classique de la forêt – donnant une image de la forêt comme on se l’imagine. La photographie a été prise dans le Redwood National and State Park situé en Californie. Elle ne vise pas particulièrement les fameux séquoias spectaculaires de la région, mais présente plutôt une vue qui aurait pu être capturée n’importe où. L’illustration exprime un motif forestier pour ainsi dire universel.

Fonction protectrice de la forêt

La forêt joue un rôle clé pour Helvetia. Par son engagement en faveur de la forêt protectrice, Helvetia encourage le reboisement des forêts et participe ainsi à la protection contre les chutes de pierres, les glissements de terrain, les avalanches et les coulées de boue. On trouve dans l’exposition artistique du moment une photo qui s’empare de la fonction protectrice de la forêt. De loin, l’ouvrage de Gaudenz Signorell «Freude am Unsinn» (Le plaisir des inepties) dégage une ambiance lugubre. On ne voit pas ce que la photographie illustre. En s’approchant de cette création, de gros sapins se dessinent au premier plan, encadrant la vue sur une paroi rocheuse couverte de neige et parsemée d’arbres.

Surprise à la Nuit des Musées

Un prêt de Marianne Engel, un bonsaï peint avec une peinture fluorescente, vient compléter l’exposition. L’artiste suisse présentera une autre création en exclusivité, lors de la Nuit des Musées qui aura lieu le 18 janvier. De plus, l’acteur Ueli Jäggi invite à des promenades littéraires en forêt en parcourant l’exposition actuelle... un détour vaut la peine!

«Tief verwurzelt – Weit verzweigt»

Jusqu’au 31 janvier 2019
Tous les jeudis de 16 h 00 à 20 h 00
Foyer d’art Helvetia, Steinengraben 25, 4051 Bâle
Entrée libre

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet