Votre navigateur n'est pas à jour

Vous utilisez Microsoft Internet Explorer. Pour utiliser ce site web sans problème d'affichage, nous vous recommandons d'installer un nouveau navigateur (par exemple Google Chrome, Mozilla Firefox, Apple Safari ou Microsoft Edge).

Je suis intéressé par
?
La recherche n'est pas disponible pour le moment. Veuillez réessayer ultérieurement.
N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact





Typique des start-up – typique des entreprises établies?

Cette édition de la «Situation des PME» de la HES de Saint-Gall se penche sur la manière avec laquelle les entreprises établies et les jeunes start-up conquièrent des marchés. Les atouts de ces deux formes d’entreprises peuvent devenir en même temps des faiblesses. Dans l’idéal, elles apprennent les unes des autres.

29 juin 2020, texte: Leo Wehrli, photo: HES de Saint-Gall 

Un homme et une femme souriant devant un ordinateur portable

Quels facteurs de succès pour quel type d’entreprise? Comment les start-up et les PME établies peuvent-elles tirer profit les unes des autres? 12 thèses ont permis de se pencher sur ces questions. L’une des thèses sur lesquelles porte l’étude est la suivante: «Les principales forces des start-up se situent dans le développement d’idées et prototypes innovants. Les entreprises bien établies peinent à développer et mettre en œuvre elles-mêmes des idées radicalement nouvelles.» Les résultats confirment quelques clichés mais en remettent d’autres en question.

«Les start-up sont des entreprises d’inventeurs»

Lorsque les 120 participants de l’étude pensent aux start-up, ils évoquent tous le même adjectif: «innovantes». S’attaquer à de nouvelles tâches, concevoir des solutions et se distinguer par ses idées: voici, selon eux, les principaux atouts des start-up. L’un des participants à l’enquête résume la situation ainsi: «Les start-up sont des entreprises d’inventeurs.» En parallèle, les jeunes entreprises testent en permanence des structures, des processus et des méthodes de management. Un autre moteur d’innovation: en effet, leur grande faiblesse réside dans le manque de ressources, de routine et d’un réseau établi.

Efficaces, mais limitées

Les personnes interrogées associent les entreprises établies à d’importants profits et flux de trésorerie, mais surtout à l’idée de notoriété. Avec plusieurs années de réussite sur le marché, on se construit une réputation - un précieux atout. On leur attribue également les concepts de qualité, de fiabilité et de durabilité stratégique. En revanche, elles accordent trop peu d’importance à la conception de nouvelles idées. Elles se concentrent trop sur leurs activités opérationnelles, qui leur permettent de générer du profit et de se forger une vaste expérience. La routine, les modèles de pensée et de comportement peuvent conduire à un aveuglement dans l’entreprise, car on ne ressent plus l’envie de s’écarter des sentiers battus.

Avancer en coopérant

Les entreprises établies doivent-elles alors se mettre à agir comme des start-up, à être plus audacieuses, à renverser leurs processus? Ce serait une mauvaise idée. Les start-up ont justement du succès car elles prennent certains risques et doivent se réinventer. En parallèle, la réussite des entreprises établies repose sur leur expérience. Ce n’est donc pas si simple d’appliquer les atouts de l’autre catégorie, car on risquerait alors de perdre son propre ADN. Il existe toutefois des manières de profiter des deux côtés. En coopérant, les entreprises récentes et plus anciennes peuvent initier des processus d’apprentissage ciblés ou bénéficier des atouts existants.

Adrian Kolleger

Apprendre les uns des autres: Les start-up et Helvetia

«Chez Helvetia, nous travaillons de manière très soudée avec différentes start-up. Nous aussi, nous avons remarqué que la coopération était très précieuse pour les deux parties, et que souvent, nous nous complétions bien. A condition de faire preuve d’ouverture d’un côté comme de l’autre, et de vouloir apprendre les uns des autres.» Adrian Kollegger, Responsable Non-vie, Helvetia Suisse

 

 

Situation des PME 2020

La «Situation des PME» est rédigée par l’Institut de gestion d’entreprises (IFU-HES) de la Haute école spécialisée deSaint-Gall. Depuis maintenant six ans, la «Situation des PME» vise à éclaircir la situation actuelle des PME suisses.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet