Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Conseils d’experts
Véhicules & voyage

Bien assuré pour un périple en Asie

Ils ont visité des temples à vélo, voyagé en troisième classe à travers la Chine et acheté la demande de visa pour la Birmanie dans un copy-shop thaïlandais. Samuel Weber a décidé de faire une pause dans sa vie et de traverser l'Asie avec son amie.

15 juillet 2013, texte: Katrin Meier, photos: Samuel Weber

Il n’aurait jamais imaginé à quel point une pizza tout à fait ordinaire pourrait lui manquer. Et pourtant, pour Samuel Weber, la cuisine asiatique était l’une des raisons principales de son voyage en Asie. «Mais au Népal, on nous servait tous les jours la même chose, du riz et des lentilles. Et ce pendant deux mois et demi. Nous nous sommes alors rendus de temps à autre à Katmandou pour nous offrir une pizza». Le collaborateur de l’Helvetia a résilié au printemps 2012 ses contrats de travail et de bail pour partir avec son amie en Asie. Ils voulaient prendre neuf mois pour faire ce voyage et ont rédigé un blog pour leurs proches.

Leur première halte fut dans un foyer pour enfants dans lequel le couple a proposé son aide. Puis, ils ont poursuivi leur route vers la Corée du Sud. Un vol pour la Chine figurait également sur la liste. «Sinon, nous n’avons pas prévu beaucoup de choses», déclare Samuel Weber, «nous voulions découvrir le continent, je me sens tout simplement bien en Asie». Après des trajets en train de plusieurs heures en troisième classe, ils ont quitté Pékin pour rallier Hong Kong, ils ont visité le Taïwan, ont pris un vol pour la Malaisie et ont débuté une tournée de l’Asie du Sud-est à travers la Thaïlande, le Laos et le Cambodge. C’est ainsi qu’ils ont découvert les diverses cultures, se rappelle Samuel: «Les Laotiens sont des personnes très agréables, très posées. Tu n’es pas plus tôt arrivé au Cambodge que tu es assailli de toutes parts, tout le monde veut te vendre quelque chose».

La suite du voyage vers la Birmanie s’est avérée être non conventionnelle. Pour obtenir le visa, le couple devait se rendre à l’ambassade de Bangkok, mais elle était surfréquentée. «Nous avons réussi sans problème à obtenir notre demande dans un copy-shop». Tout cela en a valu la peine, s’exalte le globe-trotteur. «En Birmanie, nous avons rencontré les habitants les plus gentils de tout notre voyage». Pour finir, le couple s’est rendu au Sri Lanka. Pour profiter de la bonne cuisine et pour finir en beauté par une semaine de vacances tout compris, explique Samuel. «Après un voyage aussi long, il fallait tout d’abord que nous prenions quelques congés».

L’assurance protège des surprises de vacances

Pendant le voyage en Asie, et mis à part un petit accident, il ne leur est rien arrivé. Le couple a néanmoins souscrit une assurance Assistance. Celle-ci protège des conséquences financières en cas de panne de voiture ou d’accident à l’étranger, si l’on doit revenir plus tôt ou rester plus longtemps dans le pays. Ou si l’on ne peut même pas partir en voyage, chose qui est déjà arrivée à Samuel Weber: en 2011, il voulait partir en vacances à Bangkok, mais il avait malheureusement choisi exactement le moment des inondations exceptionnelles. Au lieu de cela, il s’est rendu en Malaisie. L’assurance a pris en charge les frais d’annulation et de changement de destination. «Lorsqu’on voyage beaucoup et que l’on doit à chaque fois souscrire une assurance Voyage, cela finit par chiffrer», voici comment Samuel Weber explique son choix d’assurance Assistance de l’Helvetia. «Pour environ 200 francs par an, on est bien équipé. Cela donne un sentiment de sécurité».

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles