Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Portraits
Vidéos
Entreprises
Jeunesse

Une start-up couronnée de succès: «Rap Genius» de Brooklyn

Ils sont intelligents, culottés et pleins aux as: les trois créateurs du portail internet «Rap Genius» vivent à New York le rêve qui est aussi celui de nombreux «nerds» en Suisse.

18 septembre 2013, Texte: Michaël Jarjour, Vidéo: Michaël Jarjour

Quand il a eu 15 millions de dollars sur son compte, Tom Lehman est sorti s’acheter de nouveaux pantalons. Beaucoup de pantalons et de plusieurs couleurs différentes. C’est du moins ce que raconte la légende. Le quartier général de son entreprise «Rap Genius» se situe à l’épicentre de la cool attitude mondiale, dans le quartier «gentrifié» de Brooklyn à Williamsburg, New York. Quand il parle, on ne peut rester indifférent à son «swag», sa décontraction affichée, en partie forcée, toujours sympathique. Il porte aujourd’hui des shorts à fleurs et joue avec un ballon pendant qu’il me parle.

Aux États-Unis, cela en a surpris plus d’un qu’on ait confié à cet homme autant d’argent. D’autant plus que les millions provenaient de deux des plus célèbres investisseurs du pays en matière de technologie. En une nuit, le projet développé avec ses cofondateurs et qui tenait plutôt du hobby est devenu l’une des start-up les plus bouillonnantes d’Amérique.

Des amateurs à Snoop Dogg

L’idée est simple: les «génies du rap» expliquent les textes de rap. Sur la plate-forme, chacun peut annoter des phrases de textes rap, expliquer les références à des marques, replacer le texte dans un contexte historique ou raconter la genèse des chansons. Ce sont parfois les rappeurs eux-mêmes qui s’en chargent. Snoop Dogg, aujourd’hui Snoop Lion, est l’un d’eux.

La page enregistre 25 millions de visites par mois. C’est au moins deux fois plus qu’au début de l’année. Pourtant, les jeunes fondateurs n’en sont qu’à leurs débuts. Les investisseurs de la société Andreessen Horowitz souhaitent qu’il soit aussi possible d’expliquer sur «Rap Genius» des chansons pop, des poèmes et des textes de nouvelles.

Enfermés nus dans leur bureau

Le succès de ce concept n’est pas dû au seul «swag». Tom Lehman et ses deux complices, diplômés de l’université de Yale, se sont souvent enfermés pendant des jours et des nuits dans leur bureau pour peaufiner le code de la page – nus pour ne pas être tentés de quitter la maison. À un moment, pendant trois ans, ils ont interdit à tout le monde, y compris aux rappeurs, de se droguer dans le bureau, comme l’a récemment raconté en riant l’un des employés lors d’une conférence à San Francisco.

Pendant les quatre années qu’a duré la naissance de «Rap Genius», Tom Lehman et ses associés se sont donné beaucoup de peine pour donner à leur produit une image cool et apparaître eux-mêmes comme des fonceurs. Mais quand Tom Lehman a appris que j’écrivais pour l’Helvetia, il m’a déclaré: «J’aime les assurances!» Celles-ci ont eu une importance centrale dès le début: «Elles ont aussi un effet psychique: les assurances te permettent de te concentrer sur ce qui est important pour ton entreprise.»

Lothar Arnold est chez l’Helvetia celui qui permet en Suisse aux jeunes entrepreneurs comme Tom de garder la tête libre pour l’essentiel. Les créateurs d’entreprise ne devraient selon lui pas attendre trop longtemps. «La question des assurances doit être précisée dès le niveau du business plan. Il est toujours difficile de trouver des solutions adéquates juste avant le ‹Go To Market›.»

Lors du choix des assurances, il faut souvent prendre des décisions difficiles car, avant que le chèque de 15 millions ne soit posté, les moyens financiers sont souvent limités. Il est rare que l’on prévoie une prévoyance vieillesse optimisée pour les fondateurs, mais le produit doit être assuré. En effet, que se passera-t-il si le produit entraîne une perte pour le client? Et si le serveur est surchargé et que le produit n’est pas disponible?

«Dans le cadre de l’assurance responsabilité civile de tiers, il faut aussi songer à une extension de couverture pour les dommages consécutifs résultant d’une programmation défectueuse.» Tout ce qui peut menacer l’existence de l’entreprise devrait être assuré, et cela laissera encore bien des risques non couverts, explique L. Arnold. «L’innovation représente d’un côté une chance de s’enrichir mais aussi, d’un autre côté, un risque de faire naufrage.»

«Rap Genius» est loin du naufrage. Cette année, l’entreprise a pu agrandir ses bureaux, embaucher davantage de personnes, et le site compte chaque jour de nouveaux utilisateurs. En mai, Sheryl Sandberg, la directrice de Facebook, a rejoint Snoop Dogg. Pour toutes ces raisons, cela valait la peine de prendre le risque de créer notre propre entreprise, déclare Tom. Et d’avoir un métier qui nous plaît. Et aussi de pouvoir s’acheter beaucoup de jeans skinny.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles