Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Portraits
Entreprises

Victorinox – Un fleuron de la tradition suisse

Ici, ce ne sont pas des piles de papier qui sont roulées mais des rouleaux d'acier. Des lames de couteau sont découpées toutes les secondes: une visite dans les halles de production de Victorinox où 60'000 couteaux de poche quittent les chaînes chaque jour.

17 avril 2013, texte: Seraina Heierli, photos: Roland Tännler

Avez-vous déjà entendu parler d’Ibach? Non? Rien d’étonnant à cela. En descendant à l’arrêt de bus Ibach-Schwyz, on a le sentiment d’être arrivé au milieu de nulle part. Ce petit village, entouré de sommets alpins, est situé en plein coeur de la Suisse. Aussi inconnu ce lieu soit-il, aussi impressionnante est son histoire. En effet, au beau milieu de ce panorama montagneux se dresse une fabrique. Une usine qui, depuis 125 ans, représente un intérêt certain pour Ibach, mais aussi pour toute la Suisse: Victorinox. Depuis sa création en 1884, Victorinox est restée une entreprise familiale. Avec 900 salariés, Victorinox est le plus gros employeur industriel du canton de Schwyz.

Un artisanat solide

Dès l’entrée dans le bâtiment, on remarque une odeur de métal omniprésente. On comprend très vite que des rouleaux d’acier sont travaillés ici, et non une autre matière première. Dans le premier atelier, le niveau sonore est très élevé. Différentes machines découpent, à une cadence très rapide, des lames de couteaux. Mais la technologie ne peut pas complètement remplacer l’homme, confie Urs Wyss, responsable publicité et sponsoring chez Victorinox. Pour les lames destinées aux couteaux ménagers et professionnels, les bandes d’acier doivent être introduites à la main dans les machines. Les rouleaux semblent légers lorsque la grue les place dans la bonne position. Mais mieux vaut ne pas mettre le pied en dessous, prévient un employé: les rouleaux pèsent en effet plusieurs tonnes.

Un bruit assourdissant

Dans l’atelier suivant, le niveau acoustique est assourdissant. Ici, c’est la «tribofinition», décrit Urs Wyss. Mais il n’a pas le temps de finir sa phrase que sa voix est couverte par le bruit des machines. À l’origine du bruit: une cuve, large d’un mètre, qui ressemble à un gros saladier. Cette cuve renferme des milliers de petites pierres céramiques, ainsi que les lames découpées qui serviront à fabriquer les futurs couteaux de poche. Comme dans un mixeur, les pierres frappent les lames de couteaux et polissent ainsi les arêtes résultant de la découpe. La zone suivante est celle des rectifieuses. C’est là que les lames sont affûtées pour atteindre leur épaisseur finale. 60'000 couteaux de poche par jour peuvent être fabriqués, détaille Urs Wyss.

64 éléments pour un couteau

Derrière un couteau de poche, c’est tout le savoir-faire artisanal suisse qui se cache: Le modèle classique «SwissChamp», est composé de 64 pièces. Retour à la production. Tous les composants sont à présent découpés, rectifiés et polis. Ils doivent maintenant être assemblés à la main pour donner naissance au produit final. Cette étape s’effectue en partie à l’usine, mais le travail à domicile est encore de mise pour cette partie du travail, relate Urs Wyss. Carl Elsener Jr. nous raconte alors que lui, ainsi que ses frères et soeurs, ont gagné leur premier argent de poche en aidant à l’emballage des couteaux de poche durant les vacances d’été et de Noël. «Nous faisions des paris à qui emballerait le plus de couteaux en une heure», se souvient-il en riant.

Le couteau de poche commence à prendre forme. Lorsque tous les composants sont assemblés, il ne reste plus qu’à presser la coque en plastique. Après le contrôle final, les produits peuvent être commercialisés.

Victorinox est cliente de l'Helvetia.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles