Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Portraits
Entreprises
Vidéos

Visite du fabricant d'implants Medartis.

Il est autonome, direct et il aime prendre des décisions. Un véritable entrepreneur, en somme. Willi Miesch est CEO du fabricant d’implants bâlois Medartis. Il s’intéresse autant à ses salariés qu’aux fractures. Les produits développés par son entreprise ont mis d’innombrables patients sur le chemin de la guérison. Ils ont aussi permis à Simon Ammann de remporter une double médaille d’or olympique à Vancouver.

8 avril 2014, texte: Isabella Awad, photos: Christian Aeberhard, vidéo: Gallus Media

«Vous ne m’avez pas posé la question la plus importante », me surprend Willi Miesch alors que j’ai déjà éteint mon dictaphone. Et elle serait? «Quelle est la tâche la plus difficile pour un CEO?». Sa réponse: «Diriger les hommes et les femmes qui composent l’entreprise.» Notre homme est à la hauteur, cela ne fait aucun doute lors de notre visite des bureaux et des salles de production. Toutes les personnes que nous croisons donnent l’impression d’avoir tiré le gros lot en intégrant l’entreprise.

Il était une fois un implant

L’histoire de Medartis est l’histoire d’une réussite. En 1997, l’actionnaire principal et actuel président du conseil d’administration Thomas Straumann, Willi Miesch et cinq autres collaborateurs se lancent dans le développement d’implants pour la chirurgie buccale et maxillo-faciale. Aujourd’hui, après 16 années bien remplies, Medartis conçoit, produit et commercialise des implants pour la tête, la main, le radius, le coude ou l’épaule. L’entreprise emploie près de 300 personnes dans le monde entier. Spécificité suisse: conception et production ont lieu exclusivement au siège principal de Bâle. Une personne sur huit se casse le poignet, ou plus exactement le radius, une fois dans sa vie. Conclusion: les plaques radius sont les implants les plus vendus.

Le juste prix

«Je suis convaincu que les implants suisses ont un avenir sur le marché mondial», affirme Willi Miesch. L’entrepreneur est persuadé qu’il réussit à concilier qualité, précision et prix, bien que beaucoup de fabricants dans le monde copient les implants et les vendent beaucoup moins cher. «Nous garantissons la précision de nos systèmes et la qualité des matériaux», assure le dirigeant. «Nous donnons la priorité à la précision et la fixation», poursuit-il. Mais pas question de se couper du monde pour mener à bien la recherche et le développement. Aux yeux de Willi Miesch, la coopération avec les clients – chirurgiens, scientifiques, universités et cliniques – joue un rôle essentiel dans l’innovation et la réussite de son entreprise.

Petite incursion dans le monde du ski

Devinez qui a conçu les fixations de ski de Simon Ammann? Medartis, bien sûr! L’entreprise a mis à profit son savoir-faire dans la mécanique et les matériaux pour développer ces fixations de ski «par amour pour le sport et parce que la famille Straumann entretient une longue tradition dans le saut à ski», précise Willi Miesch. Simon Ammann a fait pour la première fois fureur avec cet équipement lors des Jeux olympiques d’hiver 2010 à Vancouver, avant de remporter peu après sa troisième puis sa quatrième médaille d’or olympique.

Urs Lengacher

Urs Lengacher

Le conseiller d'entreprises Urs Lengacher gère le portefeuille de Medartis. L’entreprise est cliente LPP de l’Helvetia. Urs Lengacher conseille aussi personnellement les collaborateurs de Medartis désireux d’en savoir plus sur la prévoyance. «Medartis est une excellente entreprise dont le développement et les produits m’impressionnent beaucoup», confie-t-il.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles