Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Portraits
Entreprises
Sport

Sinistre causé par une avalanche à Anzère: un manteau blanc trompeur

Le village montagnard d’Anzère, dans le Valais, déploie tout son charme en hiver avec son magnifique panorama sur les montagnes, ses pentes abruptes et une épaisse couche de poudreuse. Mais ce paysage idyllique cache des pièges: en 2011, un ouragan a déclenché plusieurs avalanches qui ont emporté les deux pylônes métalliques du télésiège. Un dommage de plus d’un million qui a failli compromettre le début de la saison de ski.

24 février 2017, texte: Isabella Awad, photos: Damian Poffet

Entre le 15 et le 17 décembre 2011, il y a eu de fortes précipitations et en plus le 16 décembre il y a eu la tempête Joachim avec des pointes de vents à 240 km/h, qui a créé de fortes accumulations de neige dans les pentes exposées. Le matin du dimanche 18 décembre, ils ont pu survoler en hélicoptère le domaine skiable et ils ont constaté que la nuit une énorme avalanche a arraché deux pylônes du télésiège de plusieurs tonnes. Ce sinistre a coûté plus d’un million de francs à Nationale Suisse, la compagnie d’alors. «Grâce à une collaboration efficace, nous sommes parvenus à remettre le télésiège en service dès le 12 février», et ainsi pu éviter de la perte d’exploitation durant le mois des vacances scolaires, explique Georg Feyer, inspecteur des sinistres des assurances techniques d'Helvetia.

La sécurité reste l’essentiel

Pour Télé Anzère, la sécurité a priorité absolue. «Chaque année, nous avons besoin de cinq tonnes de dynamite pour déclencher des avalanches», explique Philippe Fardel. Depuis 1990, on a recensé 7’700 avalanches, d’origine naturelle ou humaine. On investit en permanence dans la sécurité, par exemple en construisant des paravalanches innovants. «Sur les pistes balisées, on est toujours en sécurité», explique Philippe Fardel. Le danger guette les skieurs qui s’adonnent au hors-piste: «Sur 100 skieurs et snowboarders qui sortent de la première télécabine tôt le matin, 80 font du hors-piste» déclare le responsable de la sécurité.

65 en hiver, 13 en été

«Anzère est un magnifique domaine, notamment par son panorama», nous confie Albert Bétrisey, agent général du Bas-Valais-Chablais. Mais la région qui bénéficie de l'un des plus généreux enneigement du pays est sujette aux avalanches en raison de son relief alpin. Albert Bétrisey suit Télé Anzère depuis de nombreuses années – anciennement pour Nationale Suisse, aujourd’hui chez Helvetia. Il en a été également le président du conseil d’administration pendant quatre ans.

La SA a été fondée en 1964; les premières installations sont apparues en 1965/66. Le domaine skiable de 58 km de pistes dont le tiers est enneigée artificiellement compte une télécabine, trois télésièges, trois tapis roulants, sept téléskis, un boardercross et un flypark. En hiver, 65 collaborateurs sont employés: du directeur au responsable technique en passant par le conducteur de dameuse et l’assistant du remonte-pentes. En été, l’équipe se réduit a 13 personnes.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles