Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Portraits
Entreprises

Le Berghotel Schön­halden rouvre après l’incendie

En avril 2015, le grenier de l’hôtel Schönhalden, perché sur le Flumser Kleinberg, a complètement brûlé. La famille Flury, qui le gérait, était effondrée. Plus de deux ans plus tard, les Flury ont pu rouvrir leur chère auberge grâce au soutien d’Helvetia. Et elle ne ressemble guère à son ancêtre!

26 mai 2017, Texte: Linda Zampieri, Fotos: Marc-Dave Maier

Le soleil est éclatant et le ciel d’un azur sans tache; les sommets des Churfirsten brillent encore de la dernière neige. Ce mardi 16 mai 2017 règne une frénésie palpable au Berghotel Schönhalden: beaucoup de parapentistes sont de sortie, ainsi que des randonneurs et des aventuriers à vélo. Régulièrement, le téléphone sonne, annonçant l’arrivée du prochain téléphérique. Seules quelques poutres de bois calcinées, près du terrain de jeu, rappellent le désastre qui a frappé la famille Flury. «J’ai vu de très loin que tout le toit était en flamme», se souvient Reto Flury, deux ans après le terrible incendie d'avril 2015. Il s’est vite avéré que rien de l’hôtel ne pourrait être sauvé.

«Encore mieux qu’espéré»

Les machines de démolition ont réduit à néant les décombres. Et voilà qu’à présent, deux années plus tard, l'auberge Schönhalden rouvre ses portes, sur les hauteurs du Flumser Kleinberg. «Ça a fini encore mieux qu’on l’espérait», se réjouit Reto, à son nouveau poste préféré, avec vue sur les sommets des Churfirsten. Le nouvel hôtel propose 14 chambres – 13 doubles et une familiale – toutes équipées d’une télévision et d’Internet. «Le dernier mois a été assez stressant, ajoute Reto; les ouvriers et artisans étaient partout, sans arrêt!». À présent, hormis quelques détails, l’établissement est prêt à accueillir ses premiers clients. «C'est surtout dans les chambres qu’il manque de la déco et des tableaux; mais nous n'avons tout simplement pas eu le temps», explique Priska Flury.

Un rêve exaucé: le bar

Mi-mai a eu lieu la première inauguration, avec un apéro où étaient invités des représentants officiels. «Avec le recul, le malheur a eu un bon côté: nous avons pu réaliser tout ce dont nous rêvions depuis longtemps – comme ouvrir un bar», se réjouit Reto. Le couple Flury rayonne. Durant deux années, ils ont vécu dans la vallée, Priska travaillant dans une station-service et Reto comme cuisinier. «Ça n’a pas été facile, mais on s’est débrouillés, raconte Priska Flury; nous sommes quand même bien contents d’être de nouveau chez nous, ici en haut; et on espère bien y rester!»

L’assistance d’Helvetia, rapide et sans complications

Markus Lazzeri, expert en sinistre au siège d’Helvetia à Saint-Gall, a accompagné la famille Flury du jour de l’incendie à la réouverture. «Pendant tout ce temps, une sorte d’amitié s’est installée», raconte Reto Flury. «Nous sommes vraiment très reconnaissants envers Helvetia: sans leur généreux soutien financier, nous ne serions pas ici aujourd'hui.» Markus Lazzeri est lui aussi satisfait: «Jusqu'à la fin, tout s’est passé comme sur des roulettes, sans complications majeures.»

Maintenant, il s’agit pour Reto et Priska Flury de retrouver leurs habitudes après l’excitation des premiers jours. En tout cas, les nombreux randonneurs et VTT qui se sont restaurés aujourd'hui à l’auberge ont l’air très satisfaits. Pas étonnant, devant un tel panorama!

Markus Lazzeri

Markus Lazzeri

Markus Lazzeri, expert en sinistres au siège principal d'Helvetia à Saint-Gall, était aux côtés de la famille Flury jusqu'à l’achèvement du nouvel hôtel pour toutes les questions d’assurance.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles