Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

Je suis intéressé par
?
La recherche n'est pas disponible pour le moment. Veuillez réessayer ultérieurement.
N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Emission «Votre argent»: accidents et maladie

Toute personne résidant en Suisse est assurée contre les accidents et la maladie. Pourtant, il existe souvent des lacunes d'assurance qui risquent d'entraîner des préjudices financiers non négligeables. Dans l'émission «Votre argent», les experts d'Helvetia expliquent comment s'armer contre ce risque.

25 octobre 2019, texte: Hansjörg Ryser, photo: Helvetia, vidéo: La Télé

En Suisse, toute personne qui tombe malade ou est victime d’un accident ne devrait pas avoir à s’inquiéter, du moins sur le plan financier, puisque l'assurance couvre les frais de guérison. Mais cette sécurité coûte cher: les primes augmentent d'année en année, au rythme de la progression des frais de santé. Pour compenser ces hausses, on peut envisager d'augmenter les franchises ou opter pour des modèles, comme la télémédecine ou le modèle du médecin de famille, où les primes sont moins élevées. Une autre possibilité consiste à faire valoir son droit à la réduction de primes ou à abandonner l'assurance accident complémentaire de la caisse maladie lorsque l'on travaille plus de huit heures par semaine. Quoi qu'il en soit, il est impossible d'échapper à la tendance à la hausse des primes, même en changeant tous les ans de prestataire pour aller chez celui qui est le moins cher.

Malgré la bonne assurance de base, il existe quelques lacunes majeures, ainsi que le montrent les experts d'Helvetia dans l'émission «Votre argent». Par exemple, en cas d'incapacité de travail de longue durée, surtout à la suite d'une maladie, les lacunes de revenu peuvent être conséquentes. En ce qui concerne les familles, il ne suffit pas d’assurer correctement uniquement le parent qui exerce une activité lucrative principale, par exemple avec une assurance incapacité de gain. Il serait en effet judicieux d'envisager une prévoyance complémentaire pour l'autre parent et les enfants. Certaines situations obligent parfois à faire appel à une aide ménagère. Sans assurance complémentaire, les enfants seraient dépendants de prestations minimales en cas d’incapacité de gain et pourraient difficilement mener une vie autonome. Concernant les enfants, les experts conseillent de les affilier à la caisse maladie, assurances complémentaires comprises, avant la naissance, étant donné que ceci n'est pratiquement plus possible en cas d'infirmité congénitale. L'assurance couvre par exemple le traitement orthodontique.

La couverture de l’assurance de base concernant les frais médicaux dans certains pays ou sur des paquebots de croisière n’est pas suffisante, voire inexistante. Les lacunes en matière d’assurances sont également fréquentes concernant les frais de transport et de sauvetage. Pour finir, les experts conseillent de souscrire l'assurance assistance voyage qui, en cas d'annulation ou d'interruption des vacances pour cause de maladie ou d'accident, rembourse les frais supplémentaires et les pertes financières – pour l'assuré et les proches qui l'accompagnent.

Intervenant:

  • Hervé Pannatier, conseiller en Assurance et Prévoyance - Helvetia Lausanne Riviera
Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet