Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Sinistres
Entreprises

Sinistre au Tessin: incendie chez Fratelli Bizzozero

Début février, un incendie s’est déclaré à l’entreprise Bizzozero. Les sapeurs-pompiers sont immédiatement sur place; pourtant, bureaux, bar et hall d’entrée sont fortement endommagés. Aujourd’hui, il ne reste plus rien de l’incendie – grâce aux mesures immédiates des experts en sinistres Helvetia.

27 juillet 2016, texte, photos et vidéo: Katrin Meier

La Thaïlande, peu après midi. Maurizio Spagnol, inspecteur sinistres Helvetia, est allongé sur la plage lorsque son portable sonne. L’appelant, Roberto Bizzozero, semble affolé et dit après s’être excusé pour le dérangement: «Je sais qu’il est cinq heures du matin, mais mon entreprise est en flammes! Viens m’aider!».

L’entreprise tessinoise Fratelli Bizzozero exerce son activité dans le secteur des transports, de la démolition et du recyclage. Elle est assurée depuis plus de vingt ans auprès d’Helvetia. Maurizio Spagnol réagit immédiatement et appelle son collègue Claudio Gianinazzi depuis la Thaïlande. Celui-ci fait intervenir l’entreprise Belfor, spécialisée dans le règlement de dégâts matériels importants. L’expert en sinistres arrive sur place peu de temps après avec une trentaine de personnes. «Notre objectif était de permettre à l’entreprise de reprendre son activité le plus vite possible», déclare Claudio Gianinazzi.

Un sinistre de plusieurs centaines de milliers de francs

Le cinq février, trois jours après l’incendie, les bureaux de l’étage supérieur du bâtiment pouvaient à nouveau servir. «Nous étions encore limités par les travaux de nettoyage, mais l’activité quotidienne pouvait se poursuivre. C’était important pour nous», dit Roberto Bizzozero.

La cause de l’incendie est encore inexpliquée. Mais une chose est certaine: des pellets ont été livrés la veille. Le stock a pris feu dans la nuit, peut-être à cause d’un mégot de cigarette qui aurait atterri dans la conduite. La somme du sinistre s’élève à environ un demi-million de francs.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles