Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Sinistres
Entreprises

Verbier: un incendie détruit le centre sportif

Début juin 2017, le Centre Sportif Verbier est parti en fumée. Avant que l’installation puisse être reconstruite, des travaux de déblaiement importants sont nécessaires. Helvetia Assurances soutient toutes les personnes impliquées dans la gestion de cet énorme sinistre.

23. juin 2017, texte et photos: Fabian Weidmann

Lorsque l’on approche du Centre Sportif Verbier, on ne voit plus que des ruines et des cendres. Le 9 juin 2017, peu après midi, un incendie s’est déclaré au centre sportif, pendant ses heures d’ouverture. Fort heureusement, personne n’a été blessé, mais il ne reste pratiquement rien de l’installation – elle a presque entièrement brûlé. Le centre détruit abritait une patinoire artificielle, une piscine, un gymnase ainsi qu’un restaurant. Une extension adjacente du centre est actuellement en construction et a été partiellement endommagée. On ignore encore la cause de l’incendie, qui fait l’objet d’une enquête de la police.

Solidarité dans la région montagnarde

Plus de 100 pompiers et des dizaines de brigades de la région sont intervenus pour aider la commune montagnarde valaisanne: ils sont restés jusque tard dans la soirée pour maîtriser l’incendie. Toute aide était la bienvenue; on le voit à l’exemple d’une brigade arrivée de Lausanne, à près d’une heure et demie de route. Éloi Rossier, le maire de Verbier, était sur place environ 30 minutes après le début de l’incendie. «J’ai été d’abord soulagé que personne n’ait été blessé», a-t-il déclaré. Il remercie les communes voisines de leur solidarité et de leur soutien dans la lutte contre l’incendie.

Travaux de déblaiement difficiles

Un comité composé d’officiers de police, de pompiers, de différentes entreprises spécialisées dans le nettoyage et la construction ainsi que de la commune en tant que propriétaire a commencé quelques jours seulement après l’incendie à gérer le sinistre. Première chose, il fallait déblayer les ruines de l’incendie pour pouvoir rendre le terrain de nouveau praticable. Ce n’était pas une tâche facile: à tout moment il y avait un risque d’effondrement. Pour ne rien arranger, un réservoir plein d’ammoniaque, utilisé pour refroidir la patinoire artificielle, doit être vidé lors d’une opération longue e délicate et le terrain doit être décontaminé. «La sécurité des ouvriers sur l’installation ainsi que de la population environnante a la plus haute priorité», explique le maire Éloi Rossier. Ensuite il faudra déblayer le plus vite possible: «On verra s’il sera possible de rouvrir la deuxième piscine en plein air cet été; elle est pratiquement intacte.»

Des dégâts se chiffrant à plusieurs millions

Helvetia joue aussi un rôle important en tant qu’assureur primaire du centre sportif. Des experts en sinistres s’efforcent de quantifier les dégâts au bâtiment et à l’équipement et mettent leur expertise au service des personnes impliquées. «Avec un si grand nombre d’acteurs impliqués, les travaux doivent être bien coordonnés», dit Jérôme Bernard, expert en sinistres Helvetia pour la Romandie. «C’est en planifiant méticuleusement que l’on peut garantir que tout le monde travaille ensemble et que le Centre sportif pourra être reconstruit rapidement», ajoute son collègue Thierry Courtine, expert en assurance travaux de construction.

Le montant de la somme d’assurance, qui s’élève à plusieurs millions de francs, montre également la complexité de ce cas. «Personnellement, je n’ai encore jamais rencontré un sinistre aussi important», dit Jérôme Bernard.

Une colonne de fumée noire s’élève de l’installation. Des explosions se produisent sans cesse, alimentées par une bonne dizaine de bonbonnes de gaz utilisées pour effectuer des travaux sur le chantier. Certaines parties en sont propulsées dans l’air jusqu’à une distance de 500 mètres.

À la vidéo

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles