Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










Sinistres
Logement & propriété

Quand 450’000 l d’eau s’infiltrent dans le sol

Dans la nuit, près de 450’000 litres d’eau se sont discrètement déversés dans l’école Inwil de Baar (ZG), dont la moitié dans la chape et dans l’isolation. Walter Strickler, expert en sinistres d’Helvetia, a relevé ce défi avec des machines spéciales, un câble d’alimentation supplémentaire et beaucoup d’empathie.

13 septembre 2017, texte: Linda Zampieri, photos: mad

Lorsque Philippe Lau, directeur de l’école, se rend dans les locaux durant les vacances d’automne pour contrôler les écrans d’affichage du foyer, la surprise est de taille: tout le rez-de-chaussée est inondé à hauteur des chevilles. «J’ai d’abord pensé à un surplus d’eau dû au nettoyage. Mais au bout de quelques secondes, j’ai compris que tout le rez-de-chaussée était sous l’eau.» Autre personne parmi les premières à se rendre sur les lieux, Silvio Speri, responsable communal de l’entretien des immeubles, apporte son témoignage: «J’ai commencé par fermer l’arrivée d’eau et j’ai alerté les pompiers. Ensuite, j’ai essayé de mettre tout ce que j’ai pu au sec.» Le rez-de chaussée abrite deux classes et plusieurs salles de travaux et de bricolage.

De mal en pis

Une fois les pompiers partis, Walter Strickler, expert en sinistres d’Helvetia, et Roger von Euw, expert en bâtiment externe, ont pu dresser le bilan. «Nous savions qu’il y avait bien 450’000 litres d’eau qui s’étaient déversés et que les pompiers n’avaient pu en pomper qu’une infime partie. Nous avons vite compris que les quelque 200’000 autres litres avaient dû s’infiltrer dans la chape», explique Walter Strickler. Nous avons aussi rapidement compris que résoudre une inondation de cette ampleur n’allait pas être une mince affaire. «Heureusement, nous avons pu compter sur le soutien de Daniel Widmer, chef de chantier. Je n’y serais jamais arrivé seul», assure Silvio Speri. Il y a sept ans, la société Widmer Partner Baurealisation AG avait pris en charge l’assainissement total de l’école. Elle était donc la mieux familiarisée avec la structure principale du bâtiment.

Éliminer l’eau par aspiration

Les experts n’ont toutefois pas pu se lancer tout de suite dans les travaux. «Nous accueillons 300 enfants chez nous. C’est pourquoi il était important pour moi que l’activité de l’école se poursuive sans encombre malgré les projets de travaux», explique P. Lau, directeur de l’école. Aux étages supérieurs, nous avons donc créé de nouveaux locaux pour les classes à l’aide de cloisons séparatrices. Pour les travaux manuels, les élèves ont dû se rendre dans une autre école. Durant les fêtes de Noël, la grande action de séchage a démarré. Des trous ont été percés à divers endroits dans le sol pour y glisser des tuyaux. Puis l’eau a été éliminée par aspiration. «Ces appareils étaient extrêmement énergivores. C’est pourquoi nous avons dû tirer un câble d’alimentation du poste de transformation situé à 200 mètres jusqu’à l’école», explique Silvio Speri.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Qu’est-ce qui a causé ce dégât? Le coupable était un poste d’extinction installé durant l’assainissement. «Nous avons constaté que deux parties de tuyaux qui devaient être raccordées l’une à l’autre s’étaient détachées. Quant à l’origine exacte du dégât, nous ne pouvons que spéculer», déclare Roger von Euw. «Bien qu’on ne puisse exclure totalement un défaut du poste d’extinction, Helvetia répare le dommage», déclare Walter Strickler. Le montant des dommages s’élève à environ 600’000 francs en tout. P. Lau et S. Speri sont très satisfaits: «Étant donné que nous devions attendre longtemps avant de retrouver notre école, nous ne voulions pas de ‹rafistolage›. Walter Strickler l’a tout de suite compris et a tout fait pour que les enfants puissent retourner dans une école impeccable.»

Walter Strickler

Walter Strickler

Walter Strickler travaille depuis avril 1999 comme expert en sinistres chez Helvetia Assurances. C’est lui qui était en charge du cas «école Inwil». Il s’agissait entre autres de contacter des experts et d’évaluer les couvertures d’assurance et l’indemnisation.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres histoires