Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










work@helvetia
Personnes privées
Prévoyance & santé
Responsabilité & droit

Renaître grâce à l’assurance responsabilité civile

Les cas d’assurance les plus difficiles à affronter sont ceux qui impliquent des personnes blessées après un accident. Confronté chaque jour à des destins tragiques en sa qualité d’expert en sinistres responsabilité civile Helvetia, Gérard Moret le sait mieux que quiconque.

12 décembre 2016, texte: Isabella Awad, photos: Michael Sieber

Gérard Moret, expert sinistres Helvetia.
«Les événements tragiques sont très pesants émotionnellement, surtout lorsque des enfants sont impliqués», dit Gérard Moret, expert sinistres Helvetia.

«Depuis des années, je suis chargé de traiter les dommages corporels complexes et lourds issus du domaine de la responsabilité civile. Notre client est l’auteur de l’accident. Toutefois, en général, ce n’est pas à lui que j’ai affaire mais aux victimes ou à leurs avocats ou médecins.

Dès que je suis informé d’un événement, je prends rapidement contact avec la victime et avec son avocat. Nous nous mettons d’accord sur ce qui est urgent et ce qui peut attendre et cherchons des solutions constructives. J’enregistre les problèmes, je reste attentif, procède à des clarifications et définis une stratégie pour traiter le dossier.

Il faut savoir se montrer habile

Les avocats et médecins me disent qu’ils apprécient beaucoup la manière de travailler d’Helvetia. J’ai également affaire à des demandes éhontées et des surestimations des conséquences d’accidents de la part de mandataires. Il faut négocier habilement et être bien préparé pour éviter que le sinistre ne finisse devant les tribunaux. Cinq dossiers ont atterri devant le juge au cours des 20 dernières années. Helvetia a obtenu gain de cause à chaque fois.

Le plus dur, c’est quand des enfants sont touchés

À l’heure actuelle, je suis chargé de traiter 80 dossiers environ. Certains me demandent plus de travail que d’autres: il y a cet accident de cheval, par exemple, lors duquel un enfant en bas âge a été grièvement blessé. On ne sait pas exactement ce qui s’est passé; il faudra un travail d’enquête minutieux pour déterminer les responsabilités.

De tels événements tragiques sont très pesants émotionnellement, surtout lorsque des enfants sont impliqués. Que dire aux parents d’un enfant de six ans renversé par un chauffard? Les dossiers particulièrement difficiles concernent les sinistres complexes où les responsabilités ne sont pas établies, par exemple en cas de handicaps ou de problèmes dans la vie professionnelle ou privée.

Une véritable renaissance grâce à Helvetia

Je profite des moments en famille, le soir, ou du tatami pour déconnecter. Je suis heureux de voir les destins tragiques prendre une tournure positive. C’est le cas par exemple de cette jeune employée d’un jardin d’enfants qui a réussi à faire une formation de master grâce à l’aide du Case Management Helvetia et qui est à nouveau parfaitement apte au travail alors qu’elle avait été grièvement blessée dans un accident et qu’elle a ensuite perdu son mari atteint d’un cancer.

J’attache personnellement une grande importance à un bon règlement des sinistres. Et c’est la meilleure des publicités pour Helvetia.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles