Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










work@helvetia
Entreprises
Personnes privées
Logement & propriété

Maurizio Spagnol: «je préfère les gros incendies»

Maurizio Spagnol, qui dirige les experts sinistres tessinois d’Helvetia à Lugano, connaît tout l’éventail des cas d’assurance. Il table sur l’honnêteté de ses clients. Un expert sinistres peut avoir des émotions, mais jamais de préjugés.

21 décembre 2016, Texte: Isabella Awad, photos: Michael Sieber

Le col est bien tourné, l’entretien client suivant peut débuter: Maurizio Spagnol, chef des experts en sinistres tessinois d’Helvetia à Lugano, connaît l’ensemble des cas d’assurance.
«Ma plus grande satisfaction, c’est d’aider les gens.»

«J’ai grandi dans les sinistres et je dirige aujourd’hui quatre inspecteurs des sinistres au Centre des sinistres Helvetia à Lugano. Les vols, je les traite le moins volontiers; récemment, j’avais un client qui me disait que son coffre-fort avait été forcé et qu’on lui avait volé plus de 30’000 francs. De tels cas sont difficiles, surtout si le client ne peut pas prouver le vol. Tout bien considéré, je préfère les gros incendies.

Aider les gens

Ma plus grande satisfaction, c’est d’aider les gens. Pour moi, ils sont en majorité honnêtes et reconnaissants. Je respecte ce qui a été convenu – parfois, c’est à l’avantage du client, parfois à son désavantage. De l’homme politique au boulanger, en passant par la danseuse de théâtre – je rencontre toute la société! Je règle des sinistres qui vont du simple ménage à l’industrie chimique. J’ai bon cœur, je suis franc et direct; avec moi, le client sait tout de suite où il en est.

Des moments qui font chaud au cœur

Mon cas le plus important était un gros incendie en Suisse centrale. Tout d’un coup, le client ne voulait plus parler qu’au CEO! Un an après, le directeur général de l’entreprise en question m’a contacté pour en discuter d’homme à homme. À la fin, nous nous sommes serré la main, et il a signé trois nouveaux contrats. Des moments comme ça, ça me fait chaud au cœur! Un inspecteur des sinistres peut avoir des émotions, mais jamais de préjugés.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet