Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










work@helvetia
Véhicules & voyage
Personnes privées

Une bosse n’est pas toujours un dommage de parc

L’expert sinistres Helvetia Rolf Schleiss, de Ueken (AG), inspecte chaque année jusqu’à 1’700 véhicules endommagés. Aucune tentative de fraude n’échappe à sa vigilance. Même lorsqu’un automobiliste se sert de glaçons pour faire croire à un dommage de grêle.

21 décembre 2016, Texte: Isabella Awad, photos: Michael Sieber

Rolf Schleiss, expert en sinistres chez Helvetia, a déjà souvent vu de telles voitures accidentées. Il les observe alors sous toutes leurs coutures.
«Mes 17 années d’expérience dans l’expertise de véhicules m’ont appris à ne pas prendre tout personnellement.»

«Mon travail tourne autour de tous les dommages matériels que peuvent subir des véhicules, que ce soit sur des voitures, des motos, des vélos, des camions, ou, parfois, des trams. Cela m’arrive aussi d’évaluer des caravanes ou de fixer la valeur de voitures de collection. Chaque jour, je fais une centaine de kilomètres et je réalise environ six expertises, ce qui fait autour de 1’000 expertises par an. J’inspecte en tout jusqu’à 1’700 véhicules!

Un sinistre ne donne pas toujours droit à une indemnisation

La situation est difficile lorsque je dois refuser d’indemniser un sinistre, ce que je fais généralement au téléphone. Je confronte le client avec les faits, en disant par exemple ‹ce sinistre n’est pas intervenu lorsque la voiture était en stationnement›, et j’expose les arguments concrets. Cela crée assez souvent des discussions. Mes 17 années d’expérience dans l’expertise de véhicules m’ont appris à ne pas prendre tout personnellement. Ce qu’on encaisse moins bien, en revanche, ce sont les accidents mortels. Inspecter une voiture où il y a eu un malheur, cela fait réfléchir.

Un dommage de grêle fabriqué de toutes pièces

Il m’arrive souvent de sourire en lisant des descriptions de sinistres. C’est le cas lorsqu’un client écrit qu’il est descendu de sa voiture et que peu après, il ne l’a pas retrouvée car elle était partie toute seule, par exemple, ou quand quelqu’un fait tomber des glaçons sur le toit de sa voiture du haut de son balcon et déclare un dommage dû à la grêle. C’est ce qui s’est réellement passé, mais manque de chance, le voisin a vu la scène... Je pense que tous les inspecteurs de sinistres seront d’accord quand je dis qu’il faut s’attendre à tout!»

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles