Cookie Disclaimer

Helvetia utilise les cookies pour vous offrir un service optimal et pouvoir vous présenter des informations et des offres. L’utilisation de notre site Web suppose que vous y soyez favorable. Informations complémentaires sur la protection des données et sur les cookies.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact










work@helvetia
Jeunesse

Michel Bürki veut faciliter l’accès au monde de l’assurance

Déjà lorsqu’il était étudiant, Michel Bürki s’intéressait au développement de nouveaux modèles d’affaires numérique. Depuis un an, il travaille dans le département «Digital Ventures» d’Helvetia, ou il pilote la start-up interne «Flink». Dans son exposé, du haut de ses 26 ans, il explique comment il souhaite combiner les idées novatrices avec les structures éprouvées, afin de faciliter aux clients l’accès aux assurances.

18 mai 2017, Texte: Michel Bürki, photos: Helvetia

Michel Bürki parle à des journalistes dans le studio d’«Aeschbacher».
À l’occasion de l’Helvetia Innovation Pitch, dans le studio télé d’«Aeschbacher», Michel Bürki présente la première version commercialisable de l’application «Flink».

C’est par un coup de chance que j’ai atterri au département «Digital Ventures» d’Helvetia directement après mes études. Cela m’a permis d’une part de façonner, entouré d’une jeune équipe, l’expansion du département, mais aussi de mettre à profit ce que j’avais étudié à l’université, en lien avec l’innovation commerciale: le développement de nouveaux modèles d’affaires numériques.

Depuis, nous avons élaboré plusieurs modèles commerciaux prometteurs. Notamment Flink, que je pilote depuis septembre 2016. Le principe de l’application Flink est simple; nous souhaitons faire en sorte qu’interagir avec sa banque ou sa compagnie d’assurance devienne comme une conversation entre amis: pas compliquée, spontanée et agréable. Nous sommes convaincus que tout un chacun aimerait davantage s’impliquer dans ses finances, mais qu’il lui manque le savoir-faire. Avec Flink, nous repensons et simplifions la relation du consommateur avec le monde des assurances.

Un jury décide du budget du projet

Fin mars 2017, mon équipe et moi-même nous sommes présentés devant un jury interne, composé de membre de la direction du Groupe, pour lui montrer la première version commercialisable de notre plateforme en ligne. Lors de cet «Helvetia Innovation Pitch», il s’agissait de recueillir des fonds pour le développement de Flink. Contrairement aux autres projets, nous devons régulièrement demander le renouvellement du financement pour nos nouveaux modèles d’affaires. Mais pour cela, il ne suffit pas de faire un beau discours, il faut aussi démontrer un potentiel de croissance des ventes, de premiers petits succès et de bonnes réactions de la part des clients.

Enfin, nous avons dû répondre aux questions pointues du jury et d’une centaine de collaborateurs Helvetia invités à l’événement. Pour finir, nous avons réussi à convaincre le jury de renouveler notre financement – pour un an. En tant que «capitaine» de la start-up Flink, j’étais évidemment très content et soulagé! Mais revenons au début: pourquoi organisons-nous des manifestations à l’interne pour répartir des financements entre des projets?

Guidé par le changement

Les possibilités offertes par les nouvelles technologies, et les attentes qui en résultent chez les clients, exigent toujours plus de force d’innovation de la part des entreprises. Ce n’est qu’ainsi qu’elles peuvent rester prospères. Helvetia, qui a reconnu très tôt ce défi, a donc fermement ancré le thème de l’innovation dans sa stratégie. Or l’innovation ne concerne pas seulement les processus et les structures, mais aussi la culture d’entreprise. Et c’est justement ce qui me stimule le plus dans ma mission: j’évolue dans un environnement qui n’a pas peur de changer, et on me donne la possibilité d’assumer une grosse part de responsabilité personnelle.

Comme on peut l’imaginer, dans une entreprise dont l’histoire remonte à plus de 150 ans et qui compte près de 7’000 collaborateurs, il n’est pas évident d’impulser de tels changements. Au sein du département Digital Ventures, nous essayons de soutenir activement cette orientation, en développant de nouveaux modèles d’affaires, des «vedettes rapides». Ce sont de petits projets ou entités qui, contrairement au «vaisseau amiral», sont très agiles sur le marché et peuvent exploiter plus facilement de nouveaux filons. Flink est l’une ces vedettes rapides; ce qui explique que nos méthodes de travail sont un peu différentes du reste du Groupe.

Un appartement dans le centre historique à l’ambiance start-up

Nos locaux sont tout à fait emblématiques: au lieu des traditionnels bureaux, nous occupons un appartement de quatre pièces dans le style «loft», que nous avons pu aménager et décorer nous-mêmes. Par ailleurs, en tant que «Cultural Change Agents», nous encourageons la numérisation de notre vaisseau-mère, en échangeant en permanence avec les responsables des divisions traditionnelles du Groupe. C’est en combinant le meilleur des deux mondes que nous pourrons réussir sur la durée. Et je suis fier d’être un agent du changement au sein d’Helvetia!

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles