Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
work@helvetia
Personnes privées

«Notre but: trouver des solutions, pas contrôler.»

En tant que réviseur interne, Erik von Känel est régulièrement confronté à des préjugés. Il est vu comme une sorte de policier ou de contrôleur qui reste assis entre quatre murs à jongler avec les paragraphes de loi. Alors, vrai ou faux? Faux, affirme Erik von Känel. Il nous explique pourquoi cette vision est dépassée.

8 mars 2018, texte: Natalie Widmer, photos: Natalie Widmer

Erik von Känel n’a jamais rêvé d’être pompier ou astronaute, par exemple, comme tant d’enfants. Pourtant, il a toujours su qu’il voulait avoir un travail varié et stimulant. Et on peut dire qu’il a trouvé chaussure à son pied avec le poste de réviseur interne! Après une carrière classique d’expert comptable au sein de l’un des «Big Four» puis de réviseur interne d’une grande banque suisse, ce Bâlois d’origine a retrouvé ses racines et rejoint Helvetia. Pourquoi Helvetia? Parce que l’entreprise incarne la qualité et le sens de l’entrepreneuriat suisse. Erik von Känel complète: «Ici, je sens que je suis un être humain, et non une ressource; l’envie de faire avancer et changer les choses est palpable. Les collaborateurs bénéficient également d’un soutien d’ordre privé et professionnel au travers de formations.»

Deux qualités clés: la curiosité et le courage

Toutes les parties prenantes souhaitent une plus-value et de l’innovation; le secteur est de plus en plus régulé et le personnel se diversifie. Ainsi, le réviseur a désormais de plus en plus un rôle de conseiller. Outre des connaissances techniques, il doit disposer de compétences sociales et analytiques et être curieux. «En tant que réviseur, je dois avoir envie de comprendre et poser des questions pour satisfaire mon envie d’en savoir plus. Le scepticisme et le courage de poser les bonnes questions sont les meilleurs prérequis à cet égard.» Il faut savoir établir une relation de confiance et désamorcer certaines situations, comme nous l’explique Erik von Känel. Pendant les révisions, les interlocuteurs sont souvent tendus et nerveux. Il est donc d’autant plus important de mettre en place une collaboration basée sur la confiance et d’avoir le même objectif en ligne de mire.

Erik von Känel pourrait citer une longue liste de raisons qui ont motivé son passage de la révision externe à la révision interne. «En tant que réviseur interne, j’acquiers en très peu de temps des connaissances approfondies des produits, des processus et de la culture d’une entreprise. Cette précision serait impossible à atteindre en tant que réviseur externe. De par mon implication poussée dans l’évaluation des risques de l’entreprise, je contribue déjà à trouver une solution avant même l’analyse détaillée: je ne fais pas que mettre en lumière le problème.» En tant que réviseur interne, Erik peut aborder certains problèmes en tant que collègue et collaborateur et élaborer et mettre en œuvre une solution avec l’équipe. «En tant qu’auditeurs internes, nous ne faisons pas que pointer du doigt: nous cherchons aussi des solutions.»

Dépoussiérer l’image du métier

Malgré ces arguments, les amis d’Erik se posent toujours des questions sur son choix de carrière. Comment quelqu’un d’aussi extraverti et communicatif peut-il faire ce métier? Il est bien dommage que le métier de réviseur interne ait encore une image aussi poussiéreuse. Au sein d’Helvetia, Erik cherche à trouver la meilleure solution aux problèmes, soit au sein de son équipe, soit avec les autres services. Ce qui plaît tant à Erik von Känel, ce sont les responsabilités, la diversité des tâches et la possibilité de travailler avec ses collègues d’Helvetia, aussi et surtout parce qu’ils représentent Helvetia chaque année à l’occasion du Championnat de bowling! Erik quitte à présent son lieu de travail pour quelques mois: il va apporter son renfort à l’équipe des réviseurs d’Helvetia Autriche, à Vienne. Les collaborateurs d’Helvetia ont en effet la possibilité d’effectuer des missions internationales auprès d’autres sites, une opportunité souvent utilisée par le personnel.

Que fait le réviseur interne?

À la demande de l’Audit Committees (comité d’audit du Conseil d’administration), le réviseur interne contrôle et conseille l’entreprise de manière indépendante et objective. La révision interne participe à la réalisation des objectifs de l’entreprise. Sur la base de procédures reconnues (International Professional Practices Framework – IPPF), la révision interne permet d’examiner de manière critique et de développer les processus et objectifs d’une entreprise, la gestion du risque, le pilotage et la surveillance.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet