Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
work@helvetia
Jeunesse

Assistante d'assurance: carrière dès la maturité

Entrer directement à l’Université après la maturité ‒ il existe pourtant d’autres options pour entrer dans la vie active, comme le démontre Ann-Sophie Rosenfelder, collaboratrice d’Helvetia. La jeune femme a en effet opté pour la formation d’assistante d’assurance, une décision qui lui a permis de vivre 18 mois passionnants. Ann-Sophie, 20 ans, nous parle de sa découverte du monde des assurances.

12. avril 2017, texte: Ann-Sophie Rosenfelder, photos: Katrin Meier 

Faire carrière dès la maturité: Ann-Sophie Rosenfelder a opté pour la formation d’assistante d’assurance au sein d’Helvetia.
Faire carrière dès la maturité: Ann-Sophie Rosenfelder a opté pour la formation d’assistante d’assurance au sein d’Helvetia.

«Félicitations pour avoir réussi ta formation d’assistante d’assurance; nous sommes ravis que tu restes au sein d’Helvetia!» Réussi la formation? Mais où est passé le temps? Me voici à côté de huit autres assistants d’assurance avec lesquels j’ai suivi les cours, mais aussi passé une bonne partie de mon temps libre pendant l’année et demie qui vient de s’écouler et j’ai un diplôme entre les mains. Quel bon sentiment ‒ je ne suis pas peu fière.

Les études, très peu pour moi

Très tôt, beaucoup d’élèves savent déjà ce qu’ils veulent faire après la maturité. C’était loin d’être mon cas: tout ce que je savais, c’est que je n’étais pas faite pour l’Université. C’est ainsi que je me suis mise en quête d’autres possibilités et que j’ai découvert la formation accélérée en assurances destinée aux titulaires de la maturité. Ce qui me séduisait, c’est qu’on passerait 100% de son temps au sein de l’entreprise et qu’on aurait cours à l’école deux jours par mois, en moyenne, pour acquérir des connaissances détaillées dans le domaine des assurances. La formation d’assistante d’assurance durerait un an et demi au total. Et après, j’aurais une formation professionnelle en poche et mon propre argent, enfin!

Je me suis alors empressée d’envoyer ma candidature. Peu de temps après, j’ai été convoquée à un entretien d’embauche, et quelques jours plus tard, j’ouvrais la porte du siège principal d’Helvetia à Saint-Gall. L’atmosphère durant l’entretien a été très agréable. J’avais passé beaucoup de temps à me demander sur qui je tomberais, quelles questions on me poserait et si je serais capable de répondre à toutes leurs attentes. Une fois l’entretien passé, j’ai été invitée à passer une matinée au sein de mon futur service. J’ai alors pu faire la connaissance de ceux qui allaient devenir mes collègues.

Pas un snob en vue

L’impression positive que m’a laissé l’entretien d’embauche a continué de confirmer: de manière générale, les rapports au sein d’Helvetia sont très cordiaux. Dès le début, je m’y suis sentie très bien. L’atmosphère entre collègues était détendue. J’ai ainsi pu rapidement trouver ma place au sein du «monde des assurances».

La confiance, pas qu’une valeur théorique

La formation en elle-même a été très variée. J’ai ainsi eu la possibilité d’acquérir de l’expérience au sein du service des véhicules à moteur et de collaborer à des tests sur de nouveaux modules de produits avant leur lancement sur le marché. Pendant la formation, j’ai été responsable de mon propre secteur – je ne m’attendais vraiment pas à ce que l’on me fasse autant confiance. J’ai particulièrement apprécié le contact avec la clientèle et le suivi des agences.

Outre les phases de travail pratique au sein de l’entreprise, je suivais régulièrement des cours. Cela n’a pas toujours été facile de concilier le travail au bureau, l’école et les examens! Avant les examens, Helvetia a organisé une séance de révision intensive de trois jours pour tous les assistants d’assurance. Cette expérience nous a soudés et nous a permis de nous entraider lors de notre préparation.

Ma conclusion: une expérience à conseiller

Je n’hésiterais pas à recommander la formation, surtout au sein d’Helvetia. La preuve en est que mon frère débute sa formation d’assistant d’assurance au sein d’Helvetia cet été. Comme moi, il a envie d’apprendre beaucoup sous forme condensée; il n’a pas peur de passer beaucoup de temps devant l’ordinateur et apprécie le contact humain. Je dirais que ce sont les principales conditions requises pour tous ceux et toutes celles qui envisagent de suivre une formation dans ce domaine.

Ma trajectoire aussi se poursuit au sein d’Helvetia: à la fin de ma formation, j’ai décroché un contrat à durée indéterminée en tant qu’underwriter dans le domaine de l’assurance dommages. Mon travail a trait aux flottes de véhicules à moteur, comme pendant la formation, mais avec plus de responsabilités, un salaire plus élevé et un diplôme de formation en poche.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet

Autres articles