Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

  • Je suis intéressé par
    Veuillez vérifier votre connexion Internet
    Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune entrée correspondante.
    N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
work@helvetia

«La maîtrise des technologies gagne en importance.»

Après maintes formations continues dans le domaine commercial, Patrick Razaq est devenu conseiller clients chez Helvetia. C’était il y a plus de dix ans. Quel est son meilleur souvenir chez Helvetia? Comment perçoit-il la numérisation dans son domaine? Que pense-t-il de «&C’est parti»? Réponses ci-dessous.

6 septembre 2018, texte: Employer Branding, photo: Helvetia

Un homme, debout dans une pièce blanche, porte des écouteurs blancs.
Même après dix ans chez Helvetia, Patrick Razaq n’a rien perdu de sa motivation, veut rester dans la course et donner le meilleur de lui-même à nos clients.

Peux-tu te présenter et nous parler de ton activité chez Helvetia? 

Je m’appelle Patrick Razaq et je suis conseiller clients au Service externe d’Helvetia depuis dix ans. J’identifie les besoins des clients, je les conseille, je les éclaire sur les possibilités existantes et je leur propose des primes raisonnables.

Quel a été ton parcours?

A l’origine, j’ai été formé à un métier manuel. Ensuite, il y a dix ans, via maintes formations continues dans le domaine commercial, j’ai fait mes débuts dans le monde de l’assurance. Là, je me suis sans cesse perfectionné, et cela continue aujourd’hui. Je suis d’ailleurs en train d’achever une nouvelle formation. Le domaine de l’assurance, c’est pour moi un processus d’apprentissage continu. Je n’ai jamais fini d’apprendre, je me rends à de nombreux séminaires et je me forme pour rester dans la course.

Comment décrirais-tu, en quelques mots, ton travail et tes tâches?

Pour de nombreuses personnes, je suis celui qui leur apporte des solutions pour une thématique dont elles ne parlent pas volontiers et qu’elles jugent très complexe. A l’aide de dessins et de mots, je tente de leur exposer toute cette problématique de manière simple. L’objectif est qu’elles identifient elles-mêmes les domaines dans lesquels elles ont besoin de notre aide ou non.

Quelle a été ta meilleure expérience chez Helvetia?

J’ai vécu beaucoup de belles expériences chez Helvetia. Avoir été récompensé parmi les champions des ventes fait partie de mes meilleurs souvenirs, avec le voyage organisé dans ce cadre, la distribution des prix lors de l’assemblée générale et les remerciements sur scène. Cela me motive à rester dans la course dans le futur aussi et à bien faire mon travail.

Que signifie «&C’est parti» dans ton quotidien chez Helvetia?

«&C’est parti», pour moi, c’est donner une chance identique à chaque client, même après un rendez-vous décevant avec un autre client. Lorsque l’on est en contact avec des gens, on a des entretiens gratifiants mais aussi des entrevues moins réussies, lorsque le relationnel ne fonctionne tout simplement pas. Dans ces cas, le concept «&C’est parti» est crucial, car le client suivant mérite exactement les mêmes chances que celui qui l’a précédé. 

En quoi «&C’est parti» est important et pertinent pour Helvetia?

Je trouve que, ces dernières années, nous avons accompli un vrai bond en avant vers plus de jeunesse, de dynamisme et d’agilité. Pour moi, cela signifie que l’on prend les choses en main et que l’on s’affranchit des plans pour passer aux réalisations concrètes.

De quel type de conseillers clients a-t-on besoin à l’avenir?

Nous avons besoin de collaborateurs polyvalents. Un conseiller polyvalent doit avoir un certain savoir métier qu’il maintient à jour. Mais il doit aussi avoir une saine compréhension de l’être humain. Si on ne sait pas comment se comporter avec les gens, les chances de survie à long terme chez nous sont nulles. De plus, avec la progression du numérique, il est vital qu’en tant que conseiller clients, j’aie non seulement de solides compétences émotionnelles et un bon savoir métier, mais aussi une maîtrise des technologies, notamment pour le conseil numérique.

Quel est ton ressenti sur les effets de cette numérisation?

En tant que conseiller clients, je peux organiser les processus de manière beaucoup plus simple. Pour moi, la numérisation est un plus; elle facilite les tâches administratives, et nous pouvons ainsi nous concentrer pleinement sur nos cibles: la satisfaction des clients et le conseil à ces derniers. Les clients continuent bien sûr d’apprécier le contact avec leur conseiller, mais il est utile qu’ils puissent eux-mêmes trouver des informations en ligne.

Les exigences des clients ont-elles changé au cours des dernières années?

La transparence est un thème de plus en plus présent. Le client souhaite toujours plus d’informations. Il veut pouvoir comparer les données et comprendre l’arrière-plan. Si c’est le cas, il est disposé à entrer en affaire. Sinon, il se sent éventuellement floué et demande pour quelles raisons une certaine information ne lui est pas communiquée. A mon avis, la transparence va continuellement gagner en importance.

Quel est ton souhait pour l’avenir d’Helvetia?

Helvetia est sur une très bonne voie. Je remarque des évolutions, notamment concernant la numérisation. Malgré la taille des effectifs, on ressent encore le côté familial de l’entreprise. Mon souhait est donc que l’on conserve ces relations interpersonnelles dans une période marquée par la rapidité et la numérisation.

«&C’est parti»

«&C’est parti» est la campagne RH actuellement en cours chez Helvetia. Informez-vous sur Helvetia en tant qu’employeur.

Recommander cette page
Veuillez vérifier votre connexion Internet