Votre navigateur n'est pas à jour

Vous utilisez Microsoft Internet Explorer. Pour utiliser ce site web sans problème d'affichage, nous vous recommandons d'installer un nouveau navigateur (par exemple Google Chrome, Mozilla Firefox, Apple Safari ou Microsoft Edge).

Je suis intéressé par
?
La recherche n'est pas disponible pour le moment. Veuillez réessayer ultérieurement.
N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Prévoyance
Epargne

Se priver aujourd’hui pour en profiter demain

L’épargne est un thème très varié - et la motivation l’est tout autant. Dans tous les cas, épargner signifie se priver. En fait, que se cache-t-il derrière tout cela? Qui épargne comment? A quelles fins? Un petit aperçu.

7 avril 2021, texte: Stefanie Lanz, photo: Depositphotos

L’éternelle chanson de l’épargne - tôt ou tard, la question se pose pour chacun d’entre nous; la plupart du temps sans s’en rendre compte, car l’épargne n’est pas forcément une démarche active. En termes d’argent, épargner ne signifie rien d’autre que dépenser moins par rapport à ce qu’on a gagné. Ainsi, un solde positif sur le compte à la fin du mois signifie qu’on a déjà épargné.

Les multiples facettes de l’épargnant

Bien sûr, nombreux sont ceux qui épargnent tout à fait délibérément. En fait, il n’y pas deux épargnants qui se ressemblent. Pour certains, épargner est un plaisir tandis que pour d’autres, c’est un devoir. Beaucoup le font volontairement, car ils ont un but bien précis en tête. D’autres sont obligés de faire des économies pour parvenir à boucler les fins de mois avec les fonds dont ils disposent et assurer leur existence. Si le comportement en matière d’épargne est aussi varié que les êtres humains, l’épargne revient toujours au même: épargner, c’est se priver de quelque chose.

Se priver aujourd’hui pour plus de sécurité demain

Ceux qui épargnent volontairement le font dans l’intention de faire de la prévoyance afin de pouvoir s’offrir quelque chose ultérieurement. Les motifs sont très variables. La consommation figure souvent au premier plan: en tête de liste, une nouvelle voiture, la première habitation à usage propre ou les prochaines vacances. Visant à atteindre l’objectif d’épargne fixé, l’épargnant renonce délibérément à certaines choses dans le présent, ce qui demande de la persévérance. En revanche, une stratégie d’épargne suivie de manière rigoureuse porte ses fruits.

Econome ne signifie pas avare

Les motifs d’épargne courants peuvent prendre une tournure extrême. On obtient alors le mauvais pendant de l’épargne: l’avarice. L’épargne maladive peut mener à l’avarice. Contrairement à l’épargne, l’avarice ne repose pas sur l’atteinte d’un objectif d’épargne, mais vise uniquement une finalité en soi, avoir de l’argent. En renonçant par principe, la personne avare perd alors en qualité de vie. A la différence de son pendant économe, elle vit en faisant preuve de parcimonie. Faire des économies est donc un modèle de vertu, tandis que l’avarice est un péché.

Formes d’épargne particulières

Certaines personnes s’obligent à vivre de manière totalement parcimonieuse. Elles visent la liberté financière et professionnelle. Ces personnes font preuve d’une grande parcimonie, souvent en dessous des conditions normales pour faire grossir leur fortune. Une simplification du style de vie est également typique des minimalistes. Ils s’écartent de la société de consommation pour se concentrer sur ce qui est essentiel à leurs yeux.

Une réserve pour l’avenir

Les adeptes de la parcimonie ne sont pas seuls à espérer une indépendance financière lorsqu’ils vieillissent. Un regard sur les motifs d’épargne les plus populaires montre que la prévoyance vieillesse arrive en deuxième place après la consommation. Nul ne sait ce que l’avenir nous réserve. Anticiper aujourd’hui tout en renonçant délibérément est donc la bonne stratégie pour obtenir plus de sécurité pour la vie après le départ en retraite. Opter pour l’épargne à l’aide du troisième pilier permet d’obtenir l’apport financier nécessaire pour compléter l’AVS et la caisse de pension, ces deux, par expérience, ne suffisant pas à elles seules à maintenir le niveau de vie habituel à la retraite.