Les cookies et les cookies tiers sont activés sur cette page afin de vous offrir le meilleur service possible et de vous fournir des informations et des offres. En utilisant les pages Internet de Helvetia, vous acceptez et consentez le traitement de données par Helvetia. Pour plus d'informations - y compris comment désactiver les cookies - voir la politique en matière de protection des données.

Je suis intéressé par
?
La recherche n'est pas disponible pour le moment. Veuillez réessayer ultérieurement.
N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact





Forêt protec­trice «Lucerne» (LU)

Forêt protectrice Lucerne panorama

La forêt protectrice dans le canton de Lucerne

En 1804, année où l'on commençait à diviser les forêts lucernoises en vue de leur exploitation, Friedrich Schiller écrivait à Weimar le drame «Guillaume Tell». Lorsque Tell et Walther passent devant le poteau auquel est accroché le chapeau du bailli, la grande importance des forêts de montagne est mentionnée au cours d'un bref dialogue entre le père et le fils, introductif de la scène de la pomme: «C'est cela, et les avalanches auraient depuis longtemps enseveli le bourg d'Altdorf si la forêt là-haut ne s'y opposait pas comme une barrière.»

Un siècle plus tard, on pouvait lire dans le journal local «Entlebucher Anzeiger» (08 juillet 1903): «C'est comme si nous devions vivre tous les ans, voire même encore plus souvent, les désastres provoqués par les inondations …»

Dans tout l'espace alpin, les forêts étaient à l'époque dégradées à la suite d'importants déboisements successifs. Dans l'Entlebuch, ceci s'est traduit par le fait qu'entre 1837 et 1903, la commune de Flühli a été dévastée sept fois et celle de Marbach six fois entre 1828 et 1891. De nombreuses autres communes ont connu le même sort, autour du Napf et le long de la Petite Emme.

Aujourd'hui, selon les critères harmonisés de la Confédération pour la délimitation des forêts protectrices, 20% des forêts de Lucerne sont classées forêts protectrices. Par rapport aux mesures planificatrices (aménagement de l'espace), organisationnelles et techniques, les forêts protectrices occupent une place particulière: elles constituent un système de protection multifonctionnel, biologique et agissant sur un (vaste) périmètre défini.

Vous trouverez ici les infos détaillées sur les secteurs reboisés dans le canton de Lucerne.

Helvetia fait don de 10 000 arbres au canton de Lucerne. Par ailleurs, tous les autres arbres offerts par des tiers via le passeport arbre font l'objet d'une plantation séparée dans le secteur de «Gatze-Stolewald/Farneren», dans la commune de Schüpfheim.

Dans le cadre de l'engagement dans le canton de Lucerne, deux spécialités méritent également d'être mentionnées: dans la région de Gatze-Oberstole également, un sentier arboricole traversant la forêt protectrice va être aménagé grâce à l'intervention d'Helvetia. Pour ce qui est de la plupart des sapins blancs faisant l'objet de plantations, les arbrisseaux sont issus des semis naturels des arbres locaux:

  • Peuplement semencier Wasserfalleflue-Holzhack
  • Sentier arboricole traversant la forêt protectrice Gatze-Oberstolen
  • Plantation des passeports arbres Gatze-Stolewald / Farneren
Recommander cette page