Votre navigateur n'est pas à jour

Vous utilisez Microsoft Internet Explorer. Pour utiliser ce site web sans problème d'affichage, nous vous recommandons d'installer un nouveau navigateur (par exemple Google Chrome, Mozilla Firefox, Apple Safari ou Microsoft Edge).

Je suis intéressé par
?
La recherche n'est pas disponible pour le moment. Veuillez réessayer ultérieurement.
N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Forêt protectrice Rheintal SG

Forêt protectrice «Rheintal SG»

L'objectif à long terme de la plantation est un peuplement durable qui répond aux exigences idéales d'une forêt de protection contre les laves torrentielles et l'érosion et qui se compose de espèces d'arbres pouvant pousser sur les sites à l'avenir.

Forêt protectrice de la région Rheintal-Werdenberg

La région forestière 2 Werdenberg-Rheintal s’étend de la commune de Thal, située sur les rives du lac de Constance, à Wartau, au pied du Gonzen. Elle se caractérise par la transition nette de la vallée du Rhin aux versants de l’Alpstein et du Werdenberg. Avant la correction du Rhin supérieur, toute la vallée constituait une vaste étendue alluvionnaire du «plus grand torrent d’Europe». Par conséquent, toutes les zones habitées s’étendent directement au pied des pentes, ce qui les met à l’abri de l’eau dans une certaine mesure, mais les expose aussi à tous les risques naturels gravitationnels possibles. 60% de la surface de la zone forestière (10’400 ha au total) sont convertis en forêt protectrice et jouent un rôle irremplaçable dans la protection des zones habitées.

Les trois quarts de la zone forestière de la région 2 appartiennent aux communes locales et à d’autres institutions publiques, le quart restant étant détenu par 3’000 propriétaires privés. Les propriétaires forestiers publics et leurs huit exploitations sylvicoles gèrent donc la plus grande partie de la forêt protectrice. Grâce à des interventions régulières, la région affiche un matériel sur pied moyen relativement faible de 285 m3/ha. Avec 44’000 m3/an en moyenne, le potentiel d’exploitation de 48’000 m3/an est presque épuisé.

De larges zones de la forêt sont bien accessibles. Les difficultés concernent les ravins, notamment entre Thal et Altstätten. A Rüthi et à Sennwald, la déclivité du terrain conditionne les activités forestières.

Entre Gams et Wartau, la forte population de cervidés entrave une régénération optimale et la mise en place d’un peuplement diversifié et pérenne. A Gams et à Wartau, des glissements de terrain profonds menacent les zones habitées en contrebas. Pour tenter de stabiliser les versants, des projets de drainage de grande ampleur sont mis en œuvre. 20% de la zone forestière de la région 2 sont boisés «artificiellement», essentiellement avec des plantations d’épicéas à basse altitude. Ces peuplements sont déjà sous pression. Avec la progression du réchauffement climatique, une partie d’entre eux va brusquement disparaître. Dans ces zones, le défi consiste à renouveler les essences avec des moyens raisonnables.

Partout où les objectifs de régénération naturelle de la forêt protectrice peuvent être atteints, aucune plantation ne sera effectuée. Les défis concernent notamment les zones dont le peuplement préexistant est très homogène, non adapté à la configuration du site, avec des glissements de terrain humides importants, ainsi que les aires de chablis envahies de ronces et infestées par les coléoptères. Selon la situation, la plantation d’arbres constitue une aide de départ ou favorise l’introduction d’essences durables, avec un impact positif
sur la diversité dans un contexte où l’évolution du climat est incertaine. Grâce à l’engagement d’Helvetia, une influence efficace et positive peut être exercée sur la régénération primordiale des forêts protectrices qui s’étendent le long du Rhin. Dans les zones décrites ci-après, 10’000 arbres vont être plantés.