Votre navigateur n'est pas à jour

Vous utilisez Microsoft Internet Explorer. Pour utiliser ce site web sans problème d'affichage, nous vous recommandons d'installer un nouveau navigateur (par exemple Google Chrome, Mozilla Firefox, Apple Safari ou Microsoft Edge).

Je suis intéressé par
?
La recherche n'est pas disponible pour le moment. Veuillez réessayer ultérieurement.
N’hésitez pas à nous contacter. Au formulaire de contact
Jobs et carrière

Sport et carrière chez Helvetia – c’est possible!

Les sportifs professionnels savent que leur carrière dure rarement jusqu’à la retraite. Beaucoup abandonnent leurs rêves du fait des incertitudes autour de la reconversion. Mais chez Helvetia, nous sommes très ouverts aux profils atypiques et permettons aussi aux jeunes talents de se réaliser dès leur formation sportive.

4 novembre 2021, texte et photo: Sereina Alther & Michèle Schaub

andrea-zinsli-full
Qu’ils viennent du ski ou du ballon rond, les sportifs trouvent des possibilités d’embauche chez Helvetia, pendant et après leur carrière.

Pour nous, le sport ne s’arrête pas au sponsoring. En tant qu’employeur, nous sommes fiers des nombreux sportifs professionnels, anciens et actuels, que nous comptons dans nos rangs. Depuis le début de cette année, l’ex-skieur professionnel Andrea Zinsli est agent général à Coire, où il dirige une cinquantaine de collaborateurs. Outre sa formation sportive, Simea Hefti réalise son apprentissage de commerce chez nous et s’entraîne sept fois par semaine avec le FC St-Gall. Ils nous en disent plus ici sur leur double carrière dans l’assurance et dans le sport.

andrea-zinsli
«J’espérais qu’une porte s’ouvrirait, et c’est ce qu’il s’est passé.»
Andrea Rico Zinsli, agent général à Coire

«Le ski reste ma passion, mais j’ai dû arrêter ma carrière à 29 ans après une blessure au pied. J’avais alors réalisé de belles choses, notamment une 4e place en Coupe du monde et une participation aux Jeux olympiques de Lillehammer en 1994. Bien sûr, j’ai été très déçu lorsque j'ai dû renoncer à mon rêve de carrière dans le ski. Et comme si cela ne suffisait pas, la question s’est soudainement posée: qu’est-ce que je fais maintenant?J’avais déjà interrompu la maturité pour le ski, et je n’avais donc aucun diplôme scolaire. L'expérience professionnelle de l'athlète n'est pas reconnue. Alors quand on n'a pas de diplôme, il est très difficile de trouver un emploi ou une formation en cours d'emploi sanctionnée par un diplôme fédéral. J’espérais alors qu’une porte s’ouvrirait, et c’est ce qu’il s’est passé. Un agent général m’a contacté pour me proposer un poste au service externe d’une compagnie d’assurance. Plus tard, j’ai pu devenir chef de vente chez Helvetia et au début de cette année, j’ai été promu responsable de l’agence des Grisons. Et comme un sportif, je me suis également fixé des objectifs ambitieux en matière de formation et effectué un gros rattrapage. Aujourd'hui, j'ai deux brevets fédéraux et un diplôme fédéral. Plus récemment, j'ai suivi avec succès l'Executive Master of Business Administration (EMBA) à l'Université de Zurich. Je dirige à présent un team de 43 collaborateurs et collaboratrices, dont Christian Spescha et Andreas Hartmann, également deux anciens athlètes de haut niveau. Mon rôle consiste d'une part à mettre en œuvre avec mon team la stratégie d'Helvetia ses objectifs et missions dans notre région et d’autre part, à soutenir les collaborateurs et collaboratrices dans le développement de leurs compétences professionnelles et dans leur approche de la clientèle.

Avec le recul, je trouverais bien que les sportifs et sportives aient davantage d’opportunités professionnelles à l’avenir. Personnellement, ma reconversion dans l’assurance m’a beaucoup aidé. Je trouve aussi formidable qu'il existe aujourd'hui un apprentissage sportif, des écoles de sport et des gymnases sportifs. Il faut davantage encourager la conciliation entre sport et vie active ou formation. Les anciens sportifs professionnels sont des personnes ambitieuses, qui trouvent facilement leur place dans le quotidien des affaires. C’est pourquoi, outre la curiosité, l'intérêt et l’application de ces collaborateurs et collaboratrices, il faut aussi de la bienveillance et de la confiance de la part de l’employeur, qui sera toujours payé en retour.»

sport-karriere
«Mon grand rêve est de devenir footballeuse professionnelle.»
Simea Hefti, apprentie en sport dans les Assurances choses et de patrimoine

«Le football a toujours été une passion partagée dans ma famille. Mes deux frères Silvan (BSC Young Boys) et Nias (FC Thoune) sont déjà footballeurs professionnels – et pour moi des modèles à suivre. A 12 ans, j’ai été invitée à Bienne pour y démarrer une carrière professionnelle. Pour moi, c’était une chance incroyable, mais ce fut aussi une période difficile. J’étais très jeune, loin de ma famille, et j’avais souvent le mal du pays. Mais cette expérience m’a beaucoup appris, y compris sur un plan personnel. Après Bienne, il était clair que je voudrais suivre une formation en parallèle au sport. Mon école, United School of Sports, m’a alors mise sur la voie d’Helvetia. Et puis une amie m’avait dit beaucoup de bien de l’apprentissage dans le sport chez Helvetia. J’ai donc réalisé un stage de découverte et commencé l’été dernier ma formation dans le service Assurances choses et de patrimoine. Mon taux d’occupation est d’environ 70%, école incluse, et le reste du temps est consacré au sport. Je joue actuellement au FC St-Gall. Nous avons trois matinées et quatre soirées d’entraînement, en plus des matchs du week-end. Ce qui donne bien sûr un programme très strict. J’apprécie donc d’autant plus qu’Helvetia me permette de suivre mes objectifs de carrière grâce à des modèles de temps de travail flexibles. Pour moi, l’entraînement offre une compensation optimale du quotidien professionnel. Et puis le sport me permet de développer de nombreux «soft skills» en termes de travail d’équipe, de fiabilité et de charge de travail. Je connais bien sûr aussi des phases de démotivation, mais je sais que chaque entraînement me rapproche de mon grand rêve: devenir footballeuse professionnelle. Et pour parvenir à cet objectif, je voudrais vraiment jouer à l’étranger après ma formation. Je me bats pour cela. Car pour moi, c’est précisément ce petit plus qui fait d’une bonne sportive une sportive professionnelle. Et j’en suis convaincue: quand on veut, on peut.»

Tu voudrais toi aussi suivre tes objectifs de carrière chez nous?

Tu peux découvrir dès maintenant toutes les possibilités.